Je n’arrive pas à passer à autre chose… Il n’est pas toi

Dites-le avec une lettre

Il y a des choses qu'on aimerait dire à ceux qu'on aime. Mais on ne sait pas toujours par où commencer, comment trouver les bons, véhiculer la bonne intention. Aujourd'hui, on vous aide à vous lancer et envoyer la plus belle des lettres:

Je n’arrive pas à passer à autre chose…IL n’est pas toi

Par Audrey

« J’essaie de t’oublier avec un autre,

Le temps ne semble pas gommer tes fautes,

J’essaie mais rien n’y fait, je ne peux pas, je ne le veux pas,

Je n’y arrive pas, je ne l’aime pas comme  toi »

J’ai essayé. Je me suis fait violence, comme une droguée en cure de désintox’, qui doit se sevrer, couper tout lien avec l’extérieur, s’isoler. Moi je n’avais qu’une seule chose à faire pour régler ma dépendance, c’était m’éloigner de toi. Car mon addiction, c’était toi ; pas la coke, pas l’héro, ni même l’herbe ou l’alcool. Toutes ces addictions, je ne les connais pas. La seule que je connaisse, c’est celle de mon amour pour toi. J’étais accro, totalement. Corps et âme. Je me réveillais avec toi, respirais à ton rythme, attendais un signe de toi, vivais pour ce lien et m’endormais avec toi.

Et inexorablement, j’ai répété ce même schéma des jours entiers, des semaines durant, les mois défilant. Tu étais ma douleur et ma joie à la fois, chaque jour il me fallait ma dose de toi. Je vivais dans l’attente, l’espoir…

Mes sentiments m’aveuglaient, ils prenaient trop de place, toute la place. Trop de désir, trop d’amour. Je suis devenue une créature émotionnelle, incapable de relativiser, de me sevrer, de voir la situation sous un autre angle, complètement asservie à mes sentiments. J’aurais pu tout faire pour toi, pour nous. Aimer pour deux, prendre des risques, changer de vie. J’y ai cru, j’y crois encore un peu au fond de moi… J’ai cru ne pas pouvoir sortir de cette spirale infernale, même si je sais que l’amour ce n’est pas ça, ce n’est pas cette douleur, ce manque, cet espoir inutile, cette attente vaine. Non, l’amour est fait pour être ressenti, partagé, vécu au grand jour.

Me sevrer de toi

J’ai donc dû essayer de me sevrer de toi. J’ai dû accepter les différentes étapes comme pour un deuil ; de chagrin, de colère, de résignation. Je sais que je ne les ai pas toutes franchies, mais je l’ai dit, je me fais violence.

Alors j’ai décidé, après tout ce cheminement, de m’autoriser à ressentir à nouveau quelque chose de réel, de réciproque. J’ai donc essayé, non pas de t’oublier, c’est impossible, ni même de te remplacer, ce serait malsain, mais simplement de me permettre de sortir de ma solitude, d’oser aller vers un autre homme et de laisser quelqu’un entrer dans ma vie.

Seulement le chemin est long, très long. Tu es tenace, ton souvenir continue à me hanter et m’empêche de me livrer vraiment à un autre. Il ne mérite pas cette comparaison, cette compétition que je suis en fait la seule à connaître, cette concurrence déloyale.

« Mais il ne sent pas ton odeur

Pourquoi je te respire dans ses bras ?

 Sors de mes pensées ! »

Il me parle, mais il n’a pas tes mots. Il me regarde, mais il ne voit pas au fond de mon âme. Il me fait rire, mais il n’a pas ton humour si particulier. Il m’embrasse, mais ses lèvres n’ont pas le goût des tiennes. Il me prend dans ses bras, mais il n’a pas ton odeur. Il me caresse, mais il ne connait pas mon corps comme tu avais su si bien le deviner. Il crée une familiarité entre nous, mais ce n’est pas l’évidence de notre complicité.

Une nouvelle histoire saura-t-elle me rassurer, effacer peu à peu le souvenir de notre histoire si particulière, me donner envie de vibrer à nouveau, de partager de vrais moments avec quelqu’un ?

Tourner la page ne veut pas dire oublier

« Tourner la page ne veut pas dire oublier, cela veut seulement dire que tu choisis d’être heureuse au lieu d’être blessée. »

Et puis… Je ne suis pas faite pour les faux-semblants, les « à peu près », les mensonges. C’est une des raisons qui m’ont obligée à m’éloigner de toi. Est-ce aussi la raison qui va m’empêcher de me rapprocher d’un autre ?

Parce que je ne suis pas prête en fait et que je fais un transfert ?

Parce que je vais, involontairement, me servir de lui comme un pansement, confondant sentiments et réconfort ?

Parce qu’il n’y aura pas cette connexion d’emblée ?

Parce que je vais douter de sa sincérité, d’une réelle réciprocité ?

Parce que je vais avoir peur de ne jamais m’attacher ou au contraire de m’attacher trop vite ?

Au final, lui, un autre, serait-ce la même chose, la même incertitude, le même vide en moi ? Peu importe, lui, un autre, personne. Peu importe, puisque ce n’est pas toi ?

Vais-je me renfermer dans mon cocon, renforcer ma carapace ? Ou, au contraire, vais-je essayer de poursuivre les étapes vers ma « guérison » et laisser une véritable chance à un autre ?

Vais-je ME laisser le droit de tourner la page ?

Il me parle, me regarde, me fait rire, m’embrasse, me prend dans ses bras, me caresse… et j’oublie tout. Un jour, écrirais-je ça ?

Le sevrage est en cours ; j’apprends à vivre avec toi, ou plutôt ton absence, toi, mon membre fantôme, comme une amputée. Suis-je sur le bon chemin ? Je veux le croire, vivre mon histoire, une belle histoire, j’y ai droit !

Un jour, pourrais-je écrire sur l’amour sans penser à toi ? Un jour, admettrais-je enfin que je n’étais pas ton évidence et qu’à ce titre, je ne peux pas être la femme de ta vie puisque tu as renoncé à être l’homme de la mienne ?

D’ailleurs, existe-t-il ? L’homme de ma vie… ?

Des lecteurs ont réagi

Cet article a suscité des réactions puisque 2 lecteurs ont laissé un commentaire. Vous aussi, participez à la conversation, partagez votre point de vue, votre accord, votre désaccord dans les commentaires. Ce site est fait pour ça ;)

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

2 réflexions au sujet de “Je n’arrive pas à passer à autre chose… Il n’est pas toi”

  1. Cette douleur d’avoir perdu l’autre, ce sentiment de solitude, d’être hantée par l’absence de cette personne… Tant d’entre nous ont vécu ça… Une part de nous veut oublier, l’autre refuse, comme si être heureuse sans cette personne retirait toute valeur à la relation passée.
    Mais chaque personne qui a un jour fait partie de notre vie laisse une trace. Chaque relation nous apprend, voire nous apporte quelque chose. Chaque personne compte. Et nous pouvons tous et toutes trouver celle qui partagera notre vie, qui nous accueillera, tel(le) que l’on est, avec nos histoires passées, ce que nous avons appris… et ce qui nous reste encore à apprendre.
    Très beau texte.

    Répondre
  2. Cc Audrey
    Quel magnifique texte

    Je suis dans le meme cas 1an et demi de séparation et toujours cette angoisse de rencontrer quelqu’un
    mon ex compagne à franchi le cap elle a retrouvé un amoureux ça a été très compliqué pour moi mais elle a fait sont deuil moi non .
    je suis dépendant d’elle j’ai fait des rencontres mais pas une n’arrive à me faire vibrer
    Je me bat chaque jour qui passe contre cette douleur qui me prend le coeur
    Es ce que j’ai envie de passer à autre chose??
    Je ne pense pas, elle Est en moi 😞
    Je suis bien entouré, mes enfants, mes amis mais quand la douleur te prend au coeur rien n’y fait c’est horrible 😱
    Un jour peu être je serais heureux!!!!

    Répondre

Laisser un commentaire