Parler d'Amour
Première rencontre avec la belle-famille

Première rencontre avec la belle-famille

Auteur

Le moment phare est arrivé. Votre bien-aimé(e), les yeux pétillants d’émotion, vous a lancé la Fameuse phrase : « Mes parents voudraient te rencontrer, ils nous invitent à déjeuner samedi. Qu’est ce que tu en dis ? ». Des papillons viennent vous chatouiller le ventre tant vous êtes flatté(e) de rencontrer enfin votre belle-famille et surtout, heureux(se) de franchir une étape importante dans votre vie de couple…Mais très vite, la panique prend place et une boule se noue dans votre estomac. Est-ce que vous allez leur plaire ?

Chaque famille est différente mais bonne nouvelle, certaines attitudes fonctionnent dans tous les cas et il est bon de les adopter si vous souhaitez faire bonne impression.

On s’informe

Tout d’abord, vous devrez vous renseigner sur la famille de votre chéri(e). Et oui, lui (elle) aussi désire plus que tout que vous plaisiez à sa famille. Posez-lui des questions sur les sujets à éviter, les questions délicates, les conversations taboues. En tous les cas, on évite les discussions concernant la politique, le sexe et les soucis familiaux. Si toute la famille de votre ami(e) prône le capitalisme et que vous vous démenez lors des manifestations du front de gauche, tant pis. Ne dites rien. Ce serait dommage de vous mettre à dos toute la famille. C’est la première fois que vous les rencontrez, évitez toute source de conflit. De même, si vous apprenez que la mère de votre partenaire abhorre les piercings, retirez celui que vous avez sur le nez… juste pour aujourd’hui.

On s’informe sur la famille, sur les petites histoires soi-disant inconnues de tous mais dont tout le monde parle secrètement. Dire que Vanessa a le nez de Robert alors que toute la famille sait pertinemment qu’elle n’est pas de lui… Ca s’appelle une grosse bourde. Donc on n’émet pas de jugement, on se contente d’analyser gentiment… dans sa tête.

Enfin, on s’informe sur les éventuelles cachoteries de votre ami(e) à sa famille. Il (elle) a son jardin secret et vous savez sûrement des choses que sa famille ignore. L’engueuler parce qu’il a repris la cigarette alors que personne n’a jamais su qu’il fumait… Ca aussi ça s’appelle une bourde. Tout comme déplorer le fait qu’il ait arrêté la fac pour la troisième année consécutive lorsque sa mère est persuadée qu’il rentre en Master l’année prochaine.

En résumé, on s’informe avant de commettre l’Erreur Fatale. Et on se fait un peu discret(e).

On sourit, on est agréable et prévenant(e)

Beau-papa et belle-maman viennent vous chercher à la gare. Vous avez fait un long voyage, vous êtes fatigué(e) et angoissé(e) à l’approche de la rencontre. Vous allez pourtant devoir vous forcer un peu et arborer un joli sourire en allant à leur rencontre. Montrez-leur que vous êtes heureux(se) de les rencontrer. On est poli, on dit bonjour, on remercie d’être venus nous chercher.

Par ailleurs, on n’arrive pas les mains vides. Alors on ramène des crêpes ou un crumble aux pommes pour le dessert, des fleurs, une jolie boîte de chocolats ou des macarons. D’emblée, vous marquez des points et faites plaisir à tout le monde.

On s’habille correctement

La tenue vestimentaire est un point important, un bonus à prendre ou à laisser. Vous ne vous rendez pas à un entretien d’embauche, le tailleur strict et la paire d’escarpins noire est à bannir. Vous n’allez pas non plus vous déhancher sur le dancefloor du Showcase. Alors on opte pour une tenue simple et appropriée.

Pour vous, mesdemoiselles : jean, chemisier, tee-shirt uni, pull col V uni, gilet ou veste simple, robe droite aux genoux, jupe aux genoux (après, on s’adapte selon la saison). Quant aux chaussures, ballerines, escarpins ou bottines feront très bien l’affaire. Le tout est de ne pas mettre en avant vos atouts sexuels. Votre fiancé, lui, les connait. Et cela suffit. Alors on oublie les décolletés plongeants, les leggins assortis d’un haut court, ainsi que la robe ultra-moulante. On évite aussi le haut trop court qui dévoile votre magnifique piercing papillon et encore plus votre nouveau tribal en bas du dos. Pas de maquillage outrancier non plus.

Pour vous, messieurs : le jean/chemise est un incontournable pour séduire les beaux-parents. S’il fait chaud, optez pour un tee-shirt col V (j’ai dit col V, pas col qui arrive au nombril !), s’il fait froid, un pull col V ou col roulé. Quant aux chaussures, n’importe lesquelles (sauf les grosses baskets de footing). Pour le reste, vous vous lavez, vous rasez, évitez d’avoir une tignasse incontrôlable sur le crâne et le tour est joué.

On observe

Le premier repas de « belle-famille » est un réel exercice d’analyse. Si vous êtes timide, tant mieux. Personne ne vous demandera de raconter une blague ni de montrer vos talents de chanteur(se) lors de votre première rencontre. Si vous êtes plutôt extraverti(e), soyez un peu plus discret qu’à votre habitude. Premièrement, écoutez avec attention les conversations, cela vous donnera une idée de qui-vous-avez-affaire. Pour les prochaines réunions de famille, cela vous sera utile. Vous pourrez intervenir lors d’un sujet qui a déjà été mis sur la table, ou simplement rire à une blague déjà entendue lors du premier repas. Deuxièmement, observez les erreurs des autres, les réprimandes faites aux enfants par exemple. Matthias vient de mettre les coudes sur la table et ça n’a pas du tout mais alors pas du tout plu à sa grand-mère ! Concentrez-vous pour ne pas poser les vôtres sur la nappe ! Tenez vous droit(e), coupez le pain avec un couteau (oui, c’est sûr que c’est plus sympa quand on l’arrache avec les doigts !), ne coupez pas la salade avec votre couteau, ne sortez pas votre téléphone (que vous aurez mis sur silencieux).

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

On s’intéresse à ce qui se dit…mais pas trop

Ca y est, on est dans le vif de la conversation. Ca rit, ça critique, ça prend des airs sérieux, des tons solennels, ça raconte des conneries… Et vous, vous vous sentez un peu à l’écart. Vous ne connaissez pas encore les histoires de famille, qui est qui, le passé familial… Ne vous mettez pas en travers du dialogue. Contentez-vous de rire, de sourire, de prendre part lorsqu’on vous en donne l’occasion. Si mamie Suzanne est en rogne contre sa sœur Bernadette qui ne vient jamais aux repas de famille ne vous amusez pas à prendre part du genre : « oui, c’est vrai qu’elle abuse ». Quand on ne connaît pas, on ne dit rien. On ne s’aventure pas sur les pentes savonneuses, vous risqueriez de glisser et de vous faire très mal.

Au contraire, à un moment donné (oui, oui, il arrivera obligatoirement), vous allez devenir le centre de l’attention. Sans vraiment l’avoir voulu d’ailleurs. On va vous assaillir de questions : « qu’est ce que tu fais dans la vie », « c’est bien ? ça te plaît ? », « J’espère que tu fais bien à manger, parce que Arnaud est un bon vivant. Tu fais la cuisine rassure-moi ? », « Comment ça tu n’as pas le permis ? Oui tu habites à Paris certes mais bon c’est IN-DIS-PEN-SA-BLEUH tu sais le permis » […] On répond poliment, correctement, sans provocation, avec une touche d’humour tout au plus. Répondre « je préfère rouler en calèche » ça passe ou ça casse.

On est irréprochable

On est poli, on remercie, on se tient droit, on ne sort pas fumer en plein milieu du repas même si on a envie de tuer tout le monde juste pour ça, on ne tutoie pas les personnes plus âgées que soi, on retient les prénoms et les liens de parenté. On se rappelle les règles de politesse que papa et maman nous ont inculquées il y a bien longtemps. Celles qu’on avait rayées de notre esprit depuis un petit bout de temps. On les ressort du tiroir et on les apprend par cœur. On s’adapte, même si tout est différent de votre quotidien, ne laissez transparaître aucune frustration. Si votre belle-famille a l’habitude de manger par terre, avec les doigts. Vous mangez par terre, avec les doigts.

On aide à débarrasser même si personne ne nous l’a demandé. Comme on aide à préparer le repas ou mettre la table si on arrive en avance. De plus, il s’agit de moment d’intimité avec la mère de l’autre généralement. Vous pourrez discuter de trucs-de-filles, du genre : « alors, il te rend heureuse mon Arnaud ? Vous êtes bien installés ? »… Pour les hommes, vous pouvez aider à tondre la pelouse, réparer l’ordinateur défaillant de mamie Suzanne ou pousser Matthias à la balançoire. D’ailleurs je me rends compte que je fais un peu de sexisme là. Faites ce que bon vous semble, tant que ça reste serviable et courtois !

On n’est pas avare en compliment

Dire que vous n’avez jamais mangé un gigot aussi délicieux redonnera du baume au cœur à votre belle-maman. Ne lésinez pas sur les compliments, encore plus s’ils sont sincères. La Panacotta vous a régalé(e), faites le savoir, pour son plus grand plaisir.

On n’oublie pas que nos hôtes aussi veulent nous plaire

Si la mère de votre ami(e) s’est affairée cinq heures en cuisine avant que vous arriviez, qu’elle a sorti sa jolie robe bleue et qu’elle s’est levée plus tôt pour se faire un brushing irréprochable, c’est aussi par souci de plaire. Vous avez envie qu’on vous considère, qu’on vous apprécie, parce que vous vous êtes engagée avec votre chéri(e) et que vous voulez que ça dure. Et pour ça, vous savez combien il est important de plaire à sa famille. Il en est de même pour ses parents à lui (elle). Sa mère sait pertinemment que, si elle ne vous plaît pas, vous ne voudrez pas revenir de sitôt. Et cela veut aussi dire pour elle, qu’elle ne reverra pas non plus son fils (sa fille) avant un petit laps de temps.

Et vous, comment s’est déroulée cette première rencontre avec votre belle-famille?

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

2 comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.