Qu’est-ce que le viol conjugal ?

Comment retrouver la complicité des débuts dans son couple ?

Avec le temps, la relation de couple change. On s'éloigne, on communique moins, on s'engueule. Pourtant on s'aime toujours... Alors comment remettre son couple sur les bons rails et retrouver la complicité et les rires qui nous ont fait tomber amoureux ?

Le viol reste un sujet tabou en France, et il l’est d’autant plus quand celui-ci a lieu au sein du couple (seules 10% des tentatives de viols et des viols sont signalées à la police). Le viol conjugal est une réalité trop souvent ignorée qui concerne pourtant plus d’un tiers des femmes violées chaque année en France ! Qu’est-ce que le viol conjugal ? Si le viol est un crime, le viol conjugal, lui, est un crime à huis-clos, caché derrière les volets de la chambre à coucher.

Le droit français reconnaît seulement depuis 1992 que des viols peuvent être commis au sein d’un couple. « Tout acte de pénétration sexuelle, de quelque nature qu’elle soit, commis sur la personne d’autrui par violence, contrainte ou surprise est un viol ». Violer son conjoint est une circonstance aggravante, passible de cinq ans de plus que le viol d’un inconnu.

« Est-ce vraiment un viol ? »

Ce qu’il y a de pernicieux, c’est que le viol conjugal est une réalité difficile à reconnaître : il peine bien souvent à être admis par les victimes : il est difficile d’accepter soi-même qu’on a été violé, que ce soit par honte, par culpabilité ou par peur. Bien souvent, on pense à tort que le viol c’est un inconnu qui vient, qui vous prend, sans vous laisser le choix, dans la rue, dans un parking, une cage d’escalier… Quand on est au sein du couple, on se dit plutôt qu’on « est forcé de… ».

Bien souvent les victimes ne savent pas que ces rapports imposés par leur conjoint sont des viols au regard de la loi. Elles hésitent donc bien souvent à porter plainte contre leur conjoint, et à les forcer à comparaître devant une cour d’assises, un passage pourtant nécessaire afin que le coupable des viols se rendent compte de ses actes, qu’il puisse rendre des comptes et que la honte change enfin de camp.

Chloé Fontaine, comédienne et scénariste, à tenu à dénoncer le tabou du viol conjugal, un fait bien trop banalisé et pourtant, réel problème de société. Elle scénarise donc un extrait de la vie d’un couple dans son court-métrage « Je suis ordinaire ».

Sa vidéo est ainsi légendée : « Si rien ne vous choque, c’est que vous êtes l’un des deux ».

On vous laisse découvrir la vidéo

« Je suis ordinaire » de Chloé Fontaine

Dans un couple, il n’y a PAS de devoir conjugal. Il n’y a pas de laisser-passer dans le corps de l’autre. Un viol reste un viol, quelques soient les liens que l’on entretien avec l’agresseur. Alors si vous, ou vos proches êtes concerné, réagissez ! Vous pourrez trouver de l’aide en appelant le 3919.

 

Première réaction d'un lecteur

Cet article est récent et vous êtes sans doute un des tous premiers lecteurs à le dénicher... Soyez le premier à laisser un commentaire, partager un avis, une idée... pour lancer la discussion :) Laisser un commentaires.

Tous nos nouveaux textes dans 1 e-mail/mois

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire