Parler d'Amour
De l’art de se disputer

De l’art de se disputer

Auteur

Lorsque vous vous êtes rencontrés c’était Coup de foudre à Notting Hill. Aujourd’hui c’est plutôt Blue Valentine. Et après trois ans de vie commune, ne pas vous prendre la tête pendant deux semaines vous paraît plus que suspect. Du simple tube de dentifrice mal rebouché à Cindy, sa nouvelle recrue Facebook, chaque jour vous trouvez matière à faire vibrer vos cordes vocales déjà bien entraînées. Vous avez beau essayer de prendre sur vous et de ne pas le traiter de « sale porc » pour un petit couteau mal lavé qu’il a remis dans le bac à couverts… Vous avez plutôt tendance à perdre patience.

Et si l’art de se disputer, c’était comme une flamme, ça s’entretenait ?

Prêtes pour le passage en revue de ces disputes ?

 

 La dispute dite « du-caleçon-balancé-à-côté-du-panier-à-linge »

Le ménage, les courses, l’organisation… Toutes ces activités, aussi ennuyantes soient-elle, restent le déclencheur number one des conflits amoureux. D’après une étude récente, près d’un couple sur quatre exploserait pour ne pas avoir pris le temps de faire les poussières.

De la technique la plus agressive à la plus efficace 

L’attaque frontale

Attendre gentiment qu’il rentre à la maison pour lui sauter dessus comme une hystérique en lui braillant : « t’es sérieux là ? T’as vu l’état du salon ? On dirait une porcherie ! J’espère que t’as une bonne excuse ». Puis désigner votre front en hurlant de plus belle : « Y’ a pas écrit Bo-bonne  OKkkkkk ? ».  Bravo, votre chéri va repartir aussi vite qu’il est arrivé pour aller boire des pintes avec ses potes et oublier la fille vraiment chiante que vous êtes.

Les mots qui font mal

« Tu me dégoûtes, tu entends ? Tu me dégoûtes ! J’ai envie de vomir quand je te vois » « Tu es vraiment un gros porc, même pas foutu de nettoyer une casserole ». Des mots durs à entendre et à oublier. Ce n’est pas comme ça que vous lui ferez faire du ménage mais c’est grâce à ce genre de phrases qu’il vous quittera. A vous de voir ce que vous voulez !

L’attaque frontale-subtile

Lui expliquer d’un ton hypocritement mielleux : « Chéri, tu sais, le jus d’orange que tu as sorti ce matin, et bien, ce serait pas mal que tu le remettes délicatement dans le frigo parce que là, en six heures, il a eu le temps de perdre quelques vitamines ». D’une cette phrase est bien trop longue et fatigante à écouter. De deux, vous pouvez être certaine qu’il va se ruer sur son ami Wiki(pedia) pour démentir vos propos faussement scientifiques.

L’arroseur arrosé

Vous employez la ruse pour qu’il prenne conscience que le ménage, c’est chiant, pour tout le monde ! Mais que c’est important d’avoir un minimum d’hygiène. Pour ce faire, vous décidez de ne plus rien laver, vous ne touchez plus à une seule éponge, à aucun balai. Vous êtes très fière de vous : «Niark niark, l’appart commence à vraiment être dégueu, il n’va pas le supporter et va forcément passer l’aspirateur et ranger ses caleçons et mes culottes qui trainent partout ». Ahahah pensez-vous ! Très vite, vous allez vous retrouver prise à votre propre piège car il va lui falloir un bon mois pour réagir (les hommes ont un seuil de tolérance assez haut en ce qui concerne le désordre. Sauf quand il s’agit de leur télé/voiture/moto/ordinateur).

Le best

Rangez seulement vos affaires et ne touchez pas aux siennes. Vous lui ferez ainsi prendre conscience qu’il a une part de responsabilité dans ce désordre infernal. Les mecs sont de grands gamins : instaurez des jeux de tirs à points : chaussettes-caleçons-panier à linge/ Beurre vide-boite de dentifrice…-poubelle. Vous pouvez aussi le féliciter (dans ces moments difficiles, les hommes ont besoin de reconnaissance) : “Franchement, c’est encore plus propre que quand je le fais. Tu vois, quand tu mets de la bonne volonté, tu fais les choses admirablement bien ! Je t’aime ! Merci”

Ou encore, un petit mot d’amour : « Mon chéri, je t’aime très fort comme tu le sais et je t’aimerais encore davantage si tu pouvais juste vider le lave-vaisselle avant que je rentre. Allez, ça prend cinq minutes, je t’envoie du courage ! ».

Et pour finir, le compromis :  “Tu laves la salle de bain et la cuisine, je m’occupe du salon et de la chambre. Comme ça c’est équitable (oui il faut au moins ça à Môôôsieur pour qu’il accepte !). Et puis, on étendra le linge ensemble comme ça on passera un moment en amoureux” (parce que oui, étendre le linge, peut devenir un moment de complicité si les deux partenaires y mettent du leur !).

Le clash du « je-suis-jalouse »

Jalousie, jalousie, pourquoi entres-tu dans nos vies ? Du simple coup de téléphone à sa collègue, à cette dernière « connasse » rencontrée en soirée, vous bouillonnez de l’intérieur retenant votre haine sanglante. Pour enfin devenir hystérique.

L’attaque frontale-hystérique

Une fois de plus, vous attendez qu’il rentre pour lui foncer dessus comme un chat ayant la rage, votre bave coule et vos yeux rouges sortent de leurs orbites : « Tu crois que j’ai pas vu que t’as rajouter une biatch sur Facebook ? Tu me prends pour une conne ? Ouais ouais ouais j’suis allée fouiller dans ton ordi et alors ? J’ai bien fait puisque j’ai trouvé des choses très intéressantes ! J’ai lu les messages privés que tu lui as envoyés ! Ouais ouais ouais j’ai utilisé ton mot de passe et alors ? T’as un truc à répondre hein ? C’est qui cette pute hein ? Je te hais tu entends ça ? » Et vous braillez, hurlez, pleurez, tapez dans les murs sous son regard médusé, avant qu’il ne vous réponde : « C’est Laura, ma collègue que tu as déjà rencontrée ».

L’attaque en douceur

« J’ai vu que tu reparlais à Lisa (une ancienne amie à lui). Comme tu l’imagines, ça me fait vraiment chiez. Pourquoi tu lui reparles ? Je ne te suffis pas, tu as besoin de parler à d’autres filles c’est ça ? ». N’oubliez pas que vous aussi vous avez des potes du sexe opposé et que pourtant, le seul qui a l’exclusivité dans votre cœur, c’est LUI et non pas eux !

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

L’attaque anti-glam

« Soit tu arrêtes de lui parler, soit tu n’entends plus jamais parler de moi. Non mais c’est simple Marc, ne crois pas que je joue parce que là, je suis vraiment prête à me barrer. Je préfère ça plutôt que d’accepter d’être prise pour une conne ». OOOhhh comme c’est vilain de faire du chantage !! Surtout que vous savez pertinemment que vous ne le quitterez pas ! C’est moche, et vous le savez. Vous vous faites perdre de la valeur toute seule ! C’est quand même dommage !

La parade diabolique

Gentiment vous lui dites: “Non mais chéri, il n’y a AUUNCCIINN souci. Dis-moi juste qui c’est, tu me connais, je suis un peu curieuse! Mais je te jure que ça ne me dérange pas que tu lui parles“. Vous le rassurez sur vos intentions pour qu’il avoue enfin: “c’est Julia, tu sais la fille que nanananaana“. Ca y est, il a avoué, vous pouvez enfin exploser: “Putain j’en étais sûre, t’es vraiment un sacré connard, je te déteste lalalilaloublablabla“. Cette technique est tout bonnement diabolique, vous allez rendre fou votre ami et c’est lui qui risque de vous détester (Oui, vous commencez sérieusement à lui faire peur).

Le best

Vous arrêtez de fouiner partout et de vous faire mal toute seule. La plupart du temps nous sommes jalouses pour des bêtises et nous déclenchons de violentes disputes qui ne devraient pas avoir lieu. Auquel cas, il vaut mieux ne rien dire et se calmer toute seule. Prenez votre oreiller, plongez la tête dedans et hurlez de toutes vos forces. Ca fait du bien.

Si vraiment vous avez de BONNES raisons d’être jalouse. Parlez-lui calmement en essayant de comprendre la situation. Plus vous crierez, plus il se taira, prenant peur de faire éclater une nouvelle vague de tension s’il a le malheur de sortir une phrase qui vous déplaira.

Le clash du « j’en-ai-marre-de-tes-potes »

Ses potes, ses potes, oui il les aime ! Ses potes, ce sont ses frères de cœur et tralalala. Un bon mélange entre Le cœur des hommes et Dumb and dumber. Une amitié que vous respectez, jusqu’à ce qu’il annule trois rendez-vous d’affilés pour aller réconforter Bob qui vient de se faire larguer ou aller regarder le match avec Vincent qui a déjà acheté les Pizzas et qui ne va pas pouvoir les manger tout seul !

Le je-pleure-tu-me-comprends pas

« Booouuuhh tu comprends pas que je souffre ! Je passe toujours après tes amis ! J’ai besoin de te voir plus souvent moi hein ! J’en peux plus de ne pas être aimée, je ne mérite pas ça ! » Bon on arrête le mélodrame. Là, vous lui donnez encore plus envie de rejoindre ses fameux amis ! Gardez la tête haute, ravalez un peu votre fierté !

L’attaque anti-glam

Du chantage, encore une fois : « Si tu pars en Weekend avec machin et machin, tu ne me revois plus à ton retour ! C’est MORT ! Je suis pas la boniche qui t’attendra gentiment à la maison crois-moi ! ». Votre mec aura tout bonnement l’impression de devoir faire un choix qui n’a pas lieu d’exister et peut-être que vous gagnerez, qu’il n’ira pas faire ce weekend. Mais il se sentira complètement frustré et oppressé et commencera à songer à quitter sa geôlière ; vous.

Les mots qu’il ne faut pas prononcer

« Je te signale que je devrais passer avant tes potes ! » Oui, dans son cœur peut-être. Mais dans les faits, non. Et ce, pour la bonne santé de votre couple ! Il a besoin de voir ses amis, comme vous voyez les vôtres.

Le best

Valentine, 26 ans, m’a confiée son secret : « Avant il sortait tout le temps. Je me suis donc mise à faire pareil. Je sortais souvent avec mes amies, hyper bien habillée, sexy et maquillée à la perfection, et restais mystérieuse sur mes soirées. Au bout de quelques semaines, il a commencé à paniquer. Je crois qu’il avait peur que je rencontre quelqu’un. Du coup, il s’est calmé niveau sorties même s’il en faisait encore. Il a même recommencé à m’inviter au resto ! ». Je pense que le vrai secret, c’est que vous devez profiter de vos soirées ! Ne pas le faire juste pour l’inquiéter ou le rendre jaloux, mais avant tout, pour vous faire plaisir à vous !

La dispute dite « j’ai-envie-qu’on-s’embrouille-today »

A base de « tu ne m’aimes plus » ou encore, du «tu te souviens la dernière fois ce que je t’ai dit ? Bah je suis toujours énervée » (genre, je reprends la dernière source de conflit en date et je la remets sur la table. Ouais, j’ai trop envie de bouder là, j’sais pas ce qui m’arrive).  Que dire ? A part que c’est ridicule mais qu’on l’a déjà toutes fait ? Rien à faire ! Ce serait un peu simple de vous dire : « arrêtez de buuuudderrr ».

Le clash du « tic-obsessionnel »

Votre mec à un défaut mineur mais qui, au fil du temps, vous est devenu insupportable. Il se tournicote les cheveux, fait ce fameux bruit de bouche lorsqu’il mange, siffle toute la journée, prend toute l’eau chaude le matin… Bref, rien de grave en soi.

La parade anti-glam

« Tiens chérichou, prends donc ce mouchoir, tu commences à me dégoûter avec tes reniflements ». Insupportable et infantilisant.

Le truc à ne pas faire

J’ai eu le malheur de couper la mèche que mon copain ne cessait de tournicoter, ça me stressait. Mais il était malheureux sans elle je crois bien. Pire, jeter le paquet de clopes de votre mec, vous ne craignez donc pas la mort ?

Le best

Instaurez un « jeu » : une cagnotte en commun. Chaque fois que son vilain défaut ressurgit, une pièce d’un euro sera versée dans le cochon rose. Bien sûr, vous ferez de même pour vos défauts !

Si rien n’y fait, vous devrez vivre avec. Au final, ce n’est pas plus mal, cela l’obligera à ne plus râler pour les nombreux tubes de dentifrice que vous n’aurez pas rebouchés ou pour votre fond de teint qui s’est fait la malle sur son nouveau T-shirt blanc !

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.