Parler d'Amour

A-t-on le droit de sortir avec son ou sa collègue de travail ?

A-t-on le droit de sortir avec son ou sa collègue de travail ?

Envoyez de l'amour !

Votre preuve d'amour demain matin dans sa boîte aux lettres...

Auteur

Vivre une relation amoureuse avec un(e) collègue de travail apporte généralement son lot de difficultés. L’univers impitoyable du bureau ne facilite pas la vie des amoureux. Impossibilité de vivre son amour au grand jour, obligation de discrétion, commérages en tout genre, difficultés à cloisonner vie privée et vie au travail… La route est pavée d’embûches et il faut avoir les reins solides, ce qui n’est pas donné à tout le monde ! Mieux vaut donc réfléchir à deux fois avant de se lancer dans une relation au travail ! C’est sans oublier une question absolument essentielle qu’est en droit de se poser tout amoureux(se) en puissance : a-t-on le droit de sortir avec son ou sa collègue de travail ? Que dit le droit français en matière de romance au travail ?

Vous n’allez pas vous faire virer…

Première bonne nouvelle ! Vous ne risquez pas de perdre votre emploi parce que vous vivez une idylle avec José votre collègue hyper musclé, ou Julie la standardiste aux yeux de biche

En effet l’article 9 du Code Civil précise que chacun a droit au respect de sa vie privée. Les relations amoureuses constituent un droit fondamental de l’individu. Par conséquent, l’employeur ne peut interférer dans une histoire d’amour qui surviendrait sur le lieu de travail. Et encore moins l’interdire. Ainsi, un contrat de travail ou un règlement intérieur ne peuvent contenir de clause interdisant les relations amoureuses entre les salariés. Il en va de même pour une clause de célibat qui serait tout simplement illégale ! Une relation amoureuse ne peut pas non plus en soi être un motif de licenciement.

Vous pouvez donc remercier le droit français, car il en serait autrement aux États-Unis ! Nos voisins outre-Atlantique ont quant à eux pris de nombreuses dispositions pour encadrer les relations hommes-femmes au travail. Certaines entreprises n’hésitent pas à adopter des politiques d’ « anti-fraternisation », prohibant les relations amoureuses entre collègues. Pour se protéger coûte que coûte, d’autres vont jusqu’à imposer des « love contracts ». Ces documents servent à prouver que la relation est mutuellement consentie – surtout en cas de lien hiérarchique, et qu’elle n’interférera pas avec la vie de l’entreprise.

Heureusement cocorico ! Ce système hyper codifié et ces règles peu romantiques n’existent pas dans notre beau pays ! Il est donc parfaitement légal de sortir avec son ou sa collègue !

… tant que vous respectez la bienséance …

Effectivement sur le papier votre employeur ne peut rien vous dire si vous flirtez avec Dominique du service informatique !

Mais certaines limites s’imposent, cela va sans dire ! Car il en sera bien sûr autrement si votre relation dérange votre environnement de travail ou perturbe l’activité de l’entreprise. Vous êtes au travail pour bosser et votre comportement doit être approprié. Une attitude inadaptée pourrait vous exposer à des sanctions disciplinaires, allant du simple avertissement jusqu’au licenciement.

Par exemple, si vous êtes surpris en train de faire des galipettes au bureau, on estimera que vous avez occasionné un trouble au sein de l’entreprise, et vous risquez un licenciement pour faute grave.

Dans une moindre mesure, attention aux démonstrations d’affection débordantes ou aux petits surnoms d’amour, qui pourraient aussi vous mettre à mal vis-à-vis de votre employeur.

… et certaines obligations !

Dans certains cas rares, un employeur peut poser certaines limites, si elles sont « justifiées par la nature de la tâche à accomplir » et « proportionnées au but recherché » (article 1121-1 du Code du travail). A ce titre, pour des raisons évidentes, il est possible d’imposer le célibat dans un collège catholique géré par des bonnes sœurs.

Et en cas de lien hiérarchique, vous devez être irréprochable ! Veillez donc à ce que votre attitude ne donne pas lieu à des soupçons de favoritisme. Porter un traitement de faveur à votre moitié, comme une promotion, pourrait être considéré comme une rupture de l’égalité de traitement des salariés. Sans compter que cela serait fortement préjudiciable à votre réputation.

Alors que faire ?

Votre employeur n’a pas à être informé de votre vie privée, cela ne le regarde pas. D’aucuns préconiseraient qu’en cas de relation durable et sérieuse, vous en avertissiez votre employeur. Mais dans les faits rien ne vous y oblige. De plus, ce n’est pas une décision individuelle, mais qui doit être mûrie à deux. Officialiser les choses, c’est aussi assumer sa relation. Il faut donc être suffisamment certain de sa solidité. Vous pouvez tout simplement décider de rester discret sur votre relation, en cloisonnant au maximum vie privée et vie professionnelle.

Mais gardez à l’esprit que l’entreprise est avant tout un lieu de rencontres humaines. La loi ne vous interdit pas les relations amoureuses. Et la moralité ne devrait pas non plus interférer avec votre histoire. Personne n’a à vous juger pour cela. Vous êtes parfaitement en droit de vivre la relation que vous voulez avec qui vous voulez.

Voir les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.