Parler d'Amour
Fuis-moi je te suis… Suis-moi je te fuis!

Fuis-moi je te suis… Suis-moi je te fuis!

Auteur

C’est une réaction instinctive. L’instinct de chasseur qui sommeille en tout être humain, peut-être. “Cours, petit lapin, je suis là, juste derrière toi, ne faiblis pas car au moment venu je me jetterai sur toi”.

  878549628

Il arrive aussi que VOUS soyez la proie. Et dans ce cas, hors de question d’abandonner la partie. Question de dignité. Fuis-moi je te suis, suis-moi je te fuis. Le proverbe sonne comme un sifflement de serpent. Ça lui va bien, c’est plutôt vicieux comme principe.

Quand la chasse tourne court

Par définition, vous ne pouvez désirer que ce que vous n’avez pas. Une fois que l’objet du désir est acquis, l’excitation de la traque retombe. Alors, lorsque se présente une personne inaccessible, c’est plus fort que vous: votre instinct de chasseur se réveille. Parce que c’est un défi à relever. Parce que vous pouvez fantasmer à loisir sur le bonheur que ce serait de réussir à séduire cette personne qui ne s’intéresse pas à vous. En fait, c’est avant tout votre ego qui en prend un coup: “Quoi qu’est-ce qui cloche chez moi? Mauvaise haleine? Chignon de travers? T-shirt à l’envers? Non, tout va bien pourtant.” Alors c’en est trop. Vous allez prouver à la cible de vos fantasmes que si vous le voulez, vous pouvez la manger toute crue.

5508433-le-grand-requin-blanc-est-bien-une-machine-a-devorer

Oui, bon pas d’excès, s’il vous plaît. Car c’est précisément ce qui va faire fuir votre proie. Être trop présent, c’est habituer l’autre, voire le lasser. Tout le monde veut goûter au plaisir de la traque. Et quand la séduction est trop flagrante, l’autre peut avoir l’impression que vous lui mâchez le travail (décidément, impossible de ne pas parler de dents!). Par conséquent, il n’y trouve pas son compte.

La proie prend l’avantage!

Eh oui, comme dans toute partie de chasse, la proie est en position de force lorsque le chasseur a le malheur de trop se faire remarquer. Voir quelqu’un qui se meurt d’amour pour vous entraîne souvent deux réactions possibles: “Haha, oui, c’est mignon.” -vs- “C’est pathétique…”. Attention à ne pas se méprendre sur le “c’est mignon”. Il ne veut pas dire “sexy” mais pourrait plutôt s’appliquer à un enfant en bas âge qui montre son premier dessin à sa mère. Potentiel aphrodisiaque: zéro. Le dragué sait qu’il a les pleins pouvoirs face au dragueur qui ne sait pas être subtil. Il peut en jouer. Le faire marcher. L’appâter en sachant pertinemment que c’est lui qui mène la danse. Finalement, celui qui “suit” ferait mieux de s’enfuir. A trop courir après sa proie, il a révélé ses faiblesses: il est accro. Tandis que celui qui fuit est encore libre.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Lana

Sortir du cercle vicieux

Plus vous suivez, plus on vous fuit. Difficile de retourner la situation mais il est néanmoins possible d’inverser les rôles. En prenant de la distance pour commencer. Cessez de vous mettre en quatre pour plaire à la personne qui vous fuit. Plus de textos. Arrêtez de vous incruster avec lui à la pause déjeuner. Osez un “Bonjour” assez froid et distrait. Celui qui fuit est souvent fier du désir qu’il suscite. Si du jour au lendemain son admirateur/rice est aux abonnés absents, son orgueil en prendra un coup. Il y a alors des chances pour qu’il devienne lui-même votre suiveur. C’est à vous de profiter un peu de votre position. En annulant un rendez-vous au dernier moment. En répondant à un texto avec quelques heures de décalage. Ou, pourquoi pas, en vous laissant gentiment draguer par quelqu’un d’autre. Il ne faudra lâcher prise que lorsque l’élu de votre cœur aura donné de véritables preuves de son attachement. Une fois cet objectif atteint, un équilibre est rétabli. Le jeu du chat et de la souris a assez duré. En faire plus, ce serait en faire trop.

images

Aussi stimulant soit-il, ce petit jeu ne peut pas durer éternellement. Il n’est constructif que si l’un des deux camps dépose les armes. “Attrape-moi si tu peux.” Tout le monde a secrètement envie d’être “attrapé”. Mais pas par n’importe qui et pas n’importe comment. Le chat et la souris c’est les préliminaires de la relation amoureuse. C’est un jeu qui doit être mené avec subtilité et où chacun doit tour à tour être le meneur et le suiveur. Il doit nécessairement aboutir à un rapport d’égalité pour être efficace… et laisser la place à une véritable relation de couple. C’est là que le véritable défi s’impose. Car se lancer dans une nouvelle histoire, c’est prendre autrement plus de risques que de se contenter de fuir.

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.