Parler d'Amour
Amour de jeunesse

Amour de jeunesse

Auteur

Et si les histoires étaient faites pour finir, pour mal finir ? Et si tout ce que nous avions vécu tombait inévitablement dans l’oubli? Dans un néant profond, occulté de façon inconsciente ou non ? Ces moments ne nous appartiennent plus, ils sont enfermés dans une boîte, enfouis au fond d’un placard, hors de portée. Ces moments sont figés comme sur une carte postale ou un calendrier, les couleurs finiront sûrement par passer, déteindre, laissant place à la fadeur. Ces moments sont interdits dans la mémoire et dans les mots.

Nous avons tous des rêves d’enfants, des ambitions démesurées, des projets insensés, il suffit de vivre dans l’illusion de notre utopie. Vivre ses rêves plutôt que de rêver sa vie pour ne pas chuter violemment. Finalement, on en vient à se demander s’il  ne vaudrait pas mieux ne croire en rien, ne plus laisser libre cours à notre imagination factice.

Et pourtant…

Le champ de tournesols n’a pas bougé mon amour, il a juste fané à mesure de nos rides sur le cœur. Je portais cette robe rouge ce jour-là, t’en souviens-tu comme au lendemain ? Le soleil illuminait nos visages, Amour. Puis tu es parti. Pour ne jamais revenir. Et tu continues à me manquer, enfant de mon cœur, emportant avec toi mes rires innocents et les miettes de notre désir ardent. Sans me prévenir, tu as arraché mon bonheur, le fourrant au fond de tes poches.

On s’était promis tant de choses ce jour-là. Je courais dans tes bras, tu volais sur mes doigts et tes yeux savouraient mes lèvres qui n’attendaient que les tiennes. On s’était promis tant de choses ce jour-là. On était jeunes, on y a cru. Et c’était bon. Même si c’était con.

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.