Parler d'Amour
Texte triste sur l’amour : “A partir d’aujourd’hui, je me fais la promesse de ne plus jamais ouvrir mon cœur”

Texte triste sur l’amour : “A partir d’aujourd’hui, je me fais la promesse de ne plus jamais ouvrir mon cœur”

Auteur

Voici un texte triste sur l’amour écrit par Amandine.

Et l’heure tourne et je suis là, assise sur mon lit à essayer de penser à autre chose qu’à toi. Et ça dure deux minutes et puis je repense. Je repense et je prends mon téléphone pour lire tes derniers mots. Tes derniers mots qui seront très certainement nos derniers mots. Il n’y en aura certainement plus d’autres. Parce qu’aujourd’hui je m’en vais à contre cœur. Je m’en vais en gardant en tête que tu as été et que tu seras toujours celui que j’aimerai à vie. Je le sais parce que je n’avais jamais aimé de cette manière, avant. Alors, oui, peut-être qu’un jour j’arriverai à aimer quelqu’un d’autre, mais il faudra que cette personne arrive à briser cette glace qui protégera mon cœur à partir d’aujourd’hui.

Je ne veux plus voir le bon côté des gens. Je ne veux plus voir que les gens ont de bonnes choses à offrir, comme j’ai fait jusqu’à aujourd’hui. Et ne penser qu’aux bons côtés, c’est ouvrir facilement son cœur. Et un jour, il arrive que les bons côtés ne suffisent plus, et que le cœur se brise. A partir d’aujourd’hui, je me fais la promesse de ne plus jamais ouvrir mon cœur. Ne comptez plus sur moi pour donner quoi que ce soit à qui que ce soit. Je me fais la promesse de voir et de comprendre que les gens sont mauvais, et qu’ils sont là pour entrer dans ta vie et partir en te laissant avec des tas de sentiments dévastateurs. C’est ça, les gens viennent pour te détruire. Ils viennent pour ne pas rester. Ils viennent pour partir. Voilà, les gens ne restent pas.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Alors, à partir d’aujourd’hui, je retrouverai ce « moi » que je déteste, ce « moi » que je ne supporte pas, mais au moins je n’aurai pas à l’imposer à quelqu’un en pensant qu’il serait moins détestable aux côtés de quelqu’un. C’est terminé, je resterai là à me détester, à ne pas me supporter, à voir que le ciel gris est là pour me rappeler que c’est ce que je suis, grise ; et que le ciel bleu est le sourire que j’afficherai en public, qu’il ne sera qu’un mensonge.

Le ciel bleu n’est qu’une trêve en attendant de revoir les nuages. Le bonheur est éphémère.

08/01/17

Amandine

Ailleurs sur le web (sponsorisé)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.