Parler d'Amour

Témoignage : je n’ai plus envie d’être en couple

Témoignage : je n’ai plus envie d’être en couple

Envoyez de l'amour à vos proches !

Votre preuve d'amour demain matin dans la boîte aux lettres de ceux que vous aimez...

Auteur

L’amour, comme la vie, n’est pas un long fleuve tranquille. Aimer, c’est prendre des risques, surtout celui de souffrir. C’est tout ce qui fait le paradoxe du sentiment amoureux. Vivre une relation amoureuse, se mettre en couple, c’est synonyme de bonheur, de positivité. Mais on le sait tous, amour et toujours ne riment pas forcément ensemble, l’amour n’est pas toujours un gage d’éternité. L’intemporalité ne régit pas toutes les histoires d’amour. Certaines, beaucoup heureusement, sont faites pour durer. Mais d’autres n’ont pas vocation à rendre heureux. Ces histoires-là apportent leur lot de tristesse, de déceptions et de souffrances. Et face à une blessure d’amour, chacun réagit à sa manière, se relève à son rythme et fait ses propres choix pour l’avenir. Si on est tous égaux face à la force du sentiment amoureux, on ne l’est pas après une rupture. On n’en sort pas indemnes. Si certains s’en remettent vite, d’autres ont besoin de temps. Et il en est qui ne s’en remettent jamais vraiment. Ceux-là choisissent une autre voie pour aller mieux, celle de la solitude, du célibat, du désamour. Est-ce une bonne chose, un passage normal, mais momentané ? Ou cela peut-il durer ? Peut-on ne jamais avoir envie de retomber amoureux et d’être en couple ? Je vous partage un témoignage à ce sujet : je n’ai plus envie d’être en couple.

Témoignage : je n’ai plus envie d’être en couple

« Je n’ai plus envie d’être en couple. C’est un constat qui s’est imposé à moi. Pas forcément un bon matin, l’air de rien au réveil, c’est plutôt une sensation insidieuse qui s’est répandue dans mon esprit pour finir par m’apparaître comme une évidence.

Je veux être seule. J’en ai besoin, envie.

Pourquoi tenterai-je à nouveau l’aventure du couple ? Je ne vois pas ce que quelqu’un pourrait m’apporter et ce que j’ai encore à offrir. Je n’arrive plus à aimer, à en éprouver même l’envie.

Suis-je éteinte ? Est-ce momentané ou définitif ? Peut-on se fermer à l’amour pour toujours ? Est-ce quelque chose qu’on peut décider et contrôler ?

Avez-vous déjà eu l’impression de tout donner à quelqu’un ? D’avoir tant donné que vous êtes à bout de souffle, arrivée en bout de course et qu’il ne vous reste plus rien à offrir et à peine de quoi vivre pour vous ? Vous avez partagé, encouragé, soutenu, désiré, aimé… Et en retour, vous avez été déçue, blessée, anéantie.

Alors quand cela vous arrive, quand ces sensations vous submergent, pourquoi vouloir se jeter à nouveau dans la gueule du loup ?

A quoi bon ?

Est-ce de la résignation ou au contraire de la logique ? Rester seule pour ne plus souffrir, n’est-ce pas faire preuve d’intelligence, en connaissant à présent son seuil de tolérance ?

Je ne suis pas dupe et je sais que mon passé est au cœur de tout cela. Les déceptions amoureuses, la peur, le manque de confiance en l’autre. C’est quelque chose que j’ai assimilé et que j’accepte. Je connais les démons de mon passé mais j’ai appris à vivre avec. Et je crois que c’est pour cette raison que je ne suis plus en mesure d’avoir quelqu’un dans ma vie.

Et si rejeter le couple, l’idée même d’être à deux, répondant à cette peur, la nourrissait plutôt que de la tuer ? Si refuser l’amour à nouveau, c’était ça l’erreur ? Ne pas affronter véritablement ses peurs, ne pas prendre de risques, s’enfermer dans sa solitude pour ne plus avoir mal, avoir peur. Refuser de tomber amoureux, ne plus avoir l’impression d’être en dépendance affective. Et ainsi ne plus craindre d’être utilisée, manipulée. Si enfouir tout cela, c’était en fait les nourrir et non pas les anéantir ?

Quelle est la solution, la bonne décision ?

J’ai l’impression très nette que ma vie aujourd’hui n’est pas en adéquation avec l’idée de couple. Qu’en tant que personne, cela ne peut rien m’apporter pour le moment. Et pour longtemps. Je n’éprouve à ce sujet ni besoin, ni envie ou manque. Même la curiosité de l’autre, d’un autre a disparu.

C’est comme un tri sélectif qui s est opéré en moi et qui a jeté le principe de couple dans les oubliettes, au fond d’un puits comme si l’amour n’était plus un sentiment fait pour moi. 

J’ai oublié. Je ne sais plus comment on fait. Pour aimer et être aimé. Et là où cela me rendait triste, me posait question il y a encore quelques temps, aujourd’hui ce n’est plus le cas.

Je n’en souffre plus, je ne me pose plus cette question incessante « vais-je finir seule ? »

Mon esprit est occupé ailleurs, mes projets sont autres, mon épanouissement passe par autre chose. 

Le couple ne me renvoie plus cette image d’Épinal, ce syndrome du bonheur, cette sensation d’équilibre nécessaire et absolu. Cette certitude que c’est ce qui est bon à mon épanouissement personnel. Je ne pense pas qu’on puisse parler de deuil, de refus de l’amour. Ni que ce soit une revendication du célibat ; non rien de tout cela.

C’est juste un constat, une sensation omniprésente maintenant. Une sorte d’urgence à s’occuper de choses plus essentielles pour moi que la quête hypothétique d’un amour partagé. Une forme d’équilibre qui peut exister sans faire partie de l’entité du couple.

Alors est-ce normal ? Je ne sais pas. Qui définit la norme de toute façon en matière de relations humaines ? Personne ne détient la vérité à ce sujet. Certains sont malheureux à deux, d’autres le sont seuls. C’est ainsi.

Pour ma part, j’ai choisi de rester seule. De ne plus tenter l’aventure du couple.

Je sais qu’on ne peut pas lutter contre l’amour s’il arrive sans crier gare, mais pour le moment ce n’est pas le cas. Peut-être qu’il se tient à bonne distance parce que je ne suis pas prête, peut-être qu’il ne veut plus de moi. Je ne sais pas. Tout ce que je sais, c’est que je suis en paix avec ma solitude affective.

Et si un jour cela doit changer, si mon cœur s’ouvre à nouveau, ce sera pour ajouter de la valeur à ma vie, pas pour me perdre encore une fois dans les méandres du couple. »

Voir les commentaires

2 comments

  • Toutes les expériences que nous vivons nous servent de contraste et nous apprennent à clarifier ce nous aimons et ce que nous n’aimons pas. Et lorsqu’une relation touche à sa fin c’est simplement que nous ne sommes plus sur la même longueur d’onde, que nous visons des objectifs différents et que nous n’avons plus rien à nous apporter l’un l’autre. Soyons donc reconnaissant de l’expérience que l’on a partagé et du chemin que l’on a parcouru grâce à cette relation. Et ensuite on peut aller de l’avant en sachant que le meilleur est à venir car désormais nous en savons un peu plus sur nous-mêmes et savons ce que nous désirons expérimenter à l’avenir.😊

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.