Parler d'Amour

Que penser des sites de rencontres aujourd’hui…Et de l’amour ?

Que penser des sites de rencontres aujourd’hui…Et de l’amour ?

Votre profil de rencontres rédigé par Léa, ancienne employée Meetic

Des difficultés à écrire une annonce qui vous ressemble et qui donne envie de vous connaître ? Commandez-moi votre annonce qui fera mouche.

Auteur

Je fais une overdose de tout ce que l’on peut voir aujourd’hui sur le couple et les relations amoureuses via les différentes applications et les sites de rencontres.

L’amour est devenu un business, la rencontre un outil marketing et le couple, le produit phare mais en rupture de stock ! On nous parle stratégie de communication, profils accrocheurs, rentabilité, on est devenus des produits de consommation, proies idéales de ces campagnes de publicité qui pointent le célibat comme le mal du siècle et la recherche de l’âme sœur comme la quête du Graal. L’amour serait-il devenu un mythe, une légende urbaine ?

Et pourtant on cherche à matérialiser ce qu’il est impossible de qualifier, à quantifier des émotions, à mettre absolument des mots sur des sentiments. C’est devenu tellement normal, d’une banalité si ancrée, que l’on se prête tous ou presque à ce jeu que l’on ait 20, 30, 40 ans ou plus, et on se perd en route. On cherche son meilleur profil, on publie ses meilleures photos, on rivalise de mots accrocheurs pour se décrire, entre humour et pseudo-sincérité, mais on cache le plus important, ce qui nous définit vraiment.

Pourquoi ? Parce qu’il faut absolument vendre du rêve, être toujours sous son meilleur jour, au top, afin de susciter l’intérêt, multiplier les visites sur son profil, avoir des messages et des propositions de rendez-vous.

Alors non, il n’y a pas que des faux profils sur les sites, ces fameux « fake », pas seulement des mythomanes, hommes en couple ou collectionneurs, spécialistes du mensonge et des fausses informations. Il y a des gens vrais, normaux, honnêtes, comme vous et moi. Des gens qui se dévoilent, ne s’inventent pas une vie idéale faite de faux hobbies, de voyages jamais réalisés, de dizaines d’ex et qui assument ce qu’ils sont. Seulement, on se fait prendre au piège de ce système, on ne contrôle rien, on perd sa naïveté et souvent ses illusions.

Pourquoi ? Parce qu’en face de nous, ou plutôt de l’autre côté de notre écran, se trouve une fois sur deux, voire plus, quelqu’un de dénaturé. Quelqu’un qui a fait de cette quête un jeu, un passe-temps malsain au mieux et un moyen de consommation à outrance, pour la constitution d’un véritable tableau de chasse dans le pire des cas.

Alors que faire ? Rester ou se désinscrire ? Comment faire le tri ?

Il n’y a pas de détecteur de mensonges avant chaque nouvelle validation de profil, ceux-ci ne sont donc pas gage de qualité et surtout pas d’honnêteté. La seule arme à notre disposition, c’est notre intuition. Il faut user de notre perspicacité et écouter notre instinct pour ne pas devenir l’énième victime d’un potentiel coureur de jupons, d’un addict aux rencontres d’un soir ou d’un homme marié.

Légèreté, sexe et infidélité semblent trop souvent définir les rencontres faites via le net. C’est tellement facile de s’inscrire, de mentir, de jouer, de consommer, de fuir, de disparaître. Et de recommencer avec une autre personne selon le même scénario.

Conserver ses illusions, sur les hommes (ou les femmes) et le bien fondé du couple est difficile lorsqu’on tombe sur de tels profils.

Une fois, on se dit qu’on n’a pas eu de chance.

Deux fois, qu’on est trop naïve.

 Trois fois, qu’on a une réelle poisse.

Au-delà, on se dit deux choses : soit tous les inscrits sont des chasseurs en puissance sans scrupules ; soit, hélas, on se remet en question, persuadée qu’on n‘a pas envoyé les bons signaux, pas été suffisamment claire ou qu’on ne mérite pas mieux.

Alors, même s’il y a et heureusement, des contre-exemples, peu de célibataires qui tentent leur chance sur les sites s’en sortent indemnes. La plupart se sont brûlé les ailes au moins une fois.

Changer de site, avoir une nouvelle approche, faire du tri, se méfier ?

Il n’y a pas de solution miracle, pas de garantie, de prise en charge à 100% contre les menteurs, les plans foireux, les fausses histoires. Passer trop de temps sur ces sites, multiplier les échanges dans l’espoir d’un match, de la rencontre, finit par être chronophage. Et hélas, alors que cela peut nous détruire doucement, une forme d’addiction s’installe. On n’arrive pas à stopper complètement.

Lire aussi : Les relations de nos jours

Pourquoi ? A cause de cette chose toute bête, qui nous fait avancer dans la vie, nous aide à continuer parfois, l’ESPOIR..! Et si… Oui, et si le prochain match, le prochain message, c’était Lui, c’était Elle !

Alors on laisse une dernière chance, certains témoignages autour de nous sont rassurants, des histoires nées via le 2.0 semblent exister, alors pourquoi pas nous ? On se dit qu’on va juste prendre de la distance, se détacher, qu’avec un certain recul, on sera moins vulnérable et qu’on conservera nos quelques illusions encore intactes. Seulement, ce sont des mots. Comment faire preuve de détachement quand on est dans une démarche sérieuse et sincère, qu’on prend les choses à cœur, qu’on s’investit, qu’on passe du temps pour connaître l’autre ? Nous ne sommes pas des robots, les émotions ne se contrôlent pas !

Devrait-on écouter tous ces autres, devenus professionnels dans l’art des plans, superficiels, joueurs, blasés, frustrés, à la recherche de sexe rapide et mal fait, qui disent que rien de sérieux n’est possible via internet ? Que celles et ceux qui y croient se mentent à elles/eux-mêmes ?

A ce sujet, j’ai deux hypothèses :

–          Ils veulent nous convertir à leur mode de fonctionnement, nous prouver par A +B que c’est pour notre bien, et surtout qu’on a qu’une vie, qu’il faut en profiter, se laisser aller, ne pas se mettre de barrières… Si on a le malheur de répondre que ne pas coucher le premier soir n’est pas une limite qu’on s’impose mais un choix, que l’option sexfriends ne nous intéresse pas, alors le fameux « tu es vraiment coincée » tombe comme un couperet dans 90% des cas. Les 10% restants ont déjà fait « next » à la recherche d’une femme plus légère, plus docile ou plus influençable.

–          Ils considèrent, d’entrée de jeu, que celles (et ceux) qui sont sur des sites sont forcément des personnes faciles, légères, sans tabou, à la recherche du grand frisson, collectionneurs(ses). Ils collent une étiquette et se disent pas prêts à vivre une histoire. Mais en fait c’est parce que souvent, ils pensent qu’une vraie relation est inconcevable avec ces femmes-là (hommes). Un problème pour assumer ? Une idée fausse selon laquelle personne ne peut être sérieux derrière son écran ? Le reflet de leur propre profil peut-être ?

Rencontres live vs rencontres 2.0 ?

Alors une fois l’inscription faite, les déboires rencontrés, les déceptions subies, les illusions perdues, que faire ? Attendre que le prochain profil soit le bon ou tout miser sur la rencontre au supermarché, à la salle de sport ou dans un bar ? Le réel serait-il gage de sérieux ?

Le problème est-il le moyen ou est-ce plus large que cela ? Générationnel ? Vit-on simplement dans une sale époque pour l’amour ?

Les sites de rencontres accélèrent les choses et les faussent ; on clique, parle, se rencontre, s’essaie, se jette. Et à la suivante/au suivant ! On ne prend plus le temps de creuser, on n’a pas le temps, pas l’envie, on ne sait plus comment faire.

Est-ce que l’amour est devenu dégueu, obsolète, ringard ? Le célibat est vendu comme un mode de vie assumé, tendance, avec une totale liberté et zéro contraintes. D’accord, mais n’est-ce pas réducteur ? N’est-on pas tout  simplement dans une ère remplie de néant, superficielle, égoïste ?

Alors au final même si internet a une grande part de responsabilité dans l’évolution des mentalités, les sites de rencontres n’ont fait que surfer sur la vague du nombrilisme et de la consommation à gogo, et s’en détacher n’est pas un gage de rencontres sincères. Mais ça peut nous libérer de cette addiction au virtuel, nous reconnecter à l’essentiel, nous permettre de rencontrer des gens sans fard ni filtre, et de rester soi-même.

Restez connectés si vous le souhaitez mais n’oubliez pas que l’important c’est d’être en phase avec votre vraie nature. Ne laissez pas une mésaventure vous enlever toutes vos illusions, n’allez pas sciemment vous brûler les ailes pour faire comme tout le monde. Vivez les choses en votre âme et conscience. Si votre quête est celle de l’amour, ne laissez personne vous dire que c’est une cause perdue. Ne donnez à personne le pouvoir de vous éloigner de vos valeurs. Continuez à y croire, ne le cherchez pas à tout prix mais ne bannissez pas l’amour de votre vie. Ce n’est pas une contrainte d’être en couple, au contraire c’est une plus-value à votre vie.

Alors, qu’il soit un profil en ligne ou une silhouette au coin de la rue, peu importe car oui, votre « amour » existe.

Audrey

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.