Parler d'Amour

Peut-on tomber virtuellement amoureux ?

Peut-on  tomber virtuellement amoureux ?

Votre profil de rencontres rédigé par Léa, ancienne employée Meetic

Des difficultés à écrire une annonce qui vous ressemble et qui donne envie de vous connaître ? Commandez-moi votre annonce qui fera mouche.

Auteur

Beaucoup de relations se créent aujourd’hui grâce à Internet. Sites de rencontres, réseaux sociaux, forums, il y a de plus en plus d’espaces virtuels dédiés aux échanges, aux discussions et à la rencontre. Derrière son écran, on se crée une bulle à deux, on fait connaissance, on se confie, on se lâche. Cette relation virtuelle qui se crée ouvre la porte aux fantasmes, aux émotions, à l’espoir d’une future relation amoureuse. Mais ouvre-t-elle directement la porte aux sentiments ? Peut-on tomber virtuellement amoureux d’une personne que l’on n’a encore jamais rencontrée ?

Peut-on tomber virtuellement amoureux d’une personne que l’on n’a encore jamais rencontrée ?

Le virtuel désinhibe

Le virtuel désinhibe tout le monde ou presque. Cette vie parallèle, derrière l’écran, prend tellement de place aujourd’hui dans le quotidien, dans les habitudes qu’il semble normal à beaucoup de personnes de s’y dévoiler, d’oser, peut-être écrire des choses qu’on ne sait pas dire, se montrer tel qu’on n’est incapable de le faire de visu directement, être celui ou celle qu’on n’assume pas tout à fait ou qu’on n’ose pas toujours être dans la vie de tous les jours.

Comment cela est-il possible ? Sommes-nous tous un peu exhibitionnistes ou un peu voyeurs, avons-nous tous une face cachée ? Non, pas forcément. Seulement, en se prêtant au jeu d’une rencontre virtuelle, on se plie sans s’en rendre compte aux nouveaux codes de ce type d’échange. Seul derrière son téléphone ou son ordinateur, on se livre plus facilement, on ose poser des questions et évoquer des sujets personnels. C’est étrange de constater à quel point on peut se lâcher quand la personne n’est pas en face de nous. Ce mode de communication à distance facilite, paradoxalement, la discussion et les confidences. Par des questions, en prenant des nouvelles de l’autre, de sa journée, de ses habitudes, de ses passions, en échangeant des photos, on crée un lien, une sorte de manque même, quelque chose qui rassure, qui concrétise l’échange virtuel, qui donne envie d’aller plus loin.

Lire aussi : Peut-on aimer quelqu’un que l’on n’a jamais vu ?

Mais le lien s’intensifiant, que ressent-on exactement ? Connaît-on vraiment la personne de l’autre côté de l’écran ou s’attache-t-on à l’image d’une personne fantasmée, qui n’existe peut-être pas réellement telle qu’on se l’est imaginée ?

Entre virtuel et réel…

Ce lien virtuel qui s’est créé se développe, la bulle s’élargit jour après jour par l’intensité des messages échangés, échange facilité par l’omniprésence de nos Smartphones et tablettes. On peut se joindre presque tout le temps, presque partout. On peut créer en dépit de la distance un lien quasi permanent et même en direct grâce aux messages vocaux en plus des appels et aux visios. Tout concourt à ce que la relation virtuelle prenne de plus en plus de place dans nos journées, nos soirées et même nos nuits. On se lève et on se couche en pensant à une personne qu’on n’a pourtant encore jamais rencontrée ! On partage avec elle notre quotidien, nos rêves, nos soucis, nos envies, on se crée une zone de confort au sein de notre bulle virtuelle qui devient ainsi propice à un certain attachement, à la naissance d’émotions de plus en plus fortes.

Par le biais de tout ce qu’on a partagé, de ce qu’on s’est dit, ce qu’on a vu, on a en tête et dans le cœur une personne qui nous semble réelle dans notre vérité mais aussi réelle soit-elle dans l’absolu, elle est déformée par le prisme de notre esprit qui fantasme sur la version parfaite de la personne qu’on veut rencontrer, dont on veut tomber amoureux.

Notre imagination n’a même plus besoin d’en faire des tonnes, le virtuel nous a donné les moyens de créer ce fantasme, de développer cette addiction. On est accro à quelqu’un jamais rencontré, on se projette déjà dans une relation, on a l’impression qu’on tombe ou qu’on pourrait tomber amoureux facilement.

On aime la personne qu’on imagine de l’autre côté de l’écran mais l’aimera-t-on vraiment dans la réalité, dans la vraie vie, une fois les barrières du virtuel franchies ?

Faire face à la réalité

Plus le feeling est là, plus le lien virtuel est intense et soutenu, plus la vraie rencontre constitue un enjeu. On espère que tout sera au rendez-vous, le fameux feeling donc, l’attirance, le désir. L’échange était tellement fluide, la relation semblait déjà si installée qu’il paraît presque impossible qu’il en soit autrement. Alors on essaie parfois de se raisonner mais l’espoir de cette évidence est trop fort, c’est comme si, quelque part d’une certaine manière,  on attendait ce rendez-vous comme une confrontation, comme l’autorisation pour se dire « je suis amoureux-se ». Seulement, qu’elles soient réelles ou virtuelles, les relations restent avant tout humaines et donc rien ne peut jamais être sûr à 100%.

Il n’y a pas des dizaines de cas de figure  quand le jour de la rencontre est enfin là. Il y en a quatre. On se plait ou on ne se plait pas, dans la réciprocité, il/elle me plait mais je ne luis plais pas ou je lui plais mais il/elle ne me plait pas. Hélas, les choses se résument aussi simplement que cela.

Attirance physique vérifiée, feeling présent, complicité, coup de foudre même ou au contraire déception, décalage, gêne, non réciprocité. Tout peut arriver. L’évidence peut être là comme elle peut s’être envolée au premier contact réel. La magie peut opérer comme l’alchimie peut ne pas avoir lieu. On ne peut pas contrôler cette vérité-là. Cela n’enlève rien à la sincérité de l’échange préalable seulement on n’a pas le pouvoir de contrôler les élans du cœur, les siens comme ceux de l’autre. Alors il ne faut pas pour autant regretter, tout rejeter. Seulement il est peut-être plus prudent de garder un certain recul et de se rencontrer dès que possible pour éviter de subir trois de ces quatre possibilités.

De belles histoires naissent suite à des rencontres virtuelles, de vrais sentiments amoureux se développent. Seulement la vie ne se passe pas derrière un écran, il faut se confronter à la réalité. Réalité d’une rencontre, d’une complicité, des sensations, des émotions puis des sentiments. C’est à ces seules conditions qu’une jolie rencontre virtuelle pourra devenir une vraie histoire d’amour.

La vérité des sentiments n’est concrète que dans la réalité de la vie.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.