Parler d'Amour

Peut-on être en couple sans faire l’amour ?

Peut-on être en couple sans faire l’amour ?

Envoyez de l'amour !

Votre preuve d'amour demain matin dans sa boîte aux lettres...

Auteur

Etre en couple, vivre une relation sentimentale, partager la vie de quelqu’un, tout cela est généralement accompagné de l’attirance physique, du désir, du plaisir charnel. Aimer, être amoureux, c’est partager des émotions, des sentiments mais aussi le désir. D’ailleurs, ne dit-on pas « faire l’amour » ? Cela semble logique, « normal », naturel, voire même pour une majorité de de couples, essentiel pour leur équilibre. Et pourtant, certains acceptent ou préfèrent vivre une relation amoureuse sans avoir de rapports intimes, sans plaisir physique. Alors cela est-il possible ? Peut-on être en couple sans faire l’amour ? Est-ce compatible avec l’intensité du sentiment amoureux ?

Amour et désir physique : un combo obligatoire pour être heureux à deux ?

Cela semble si évident pour la plupart des couples que les rapports intimes et l’idée même du couple sont indissociables que se poser la question d’une relation durable sans rapports charnels relève encore d’un certain tabou. A l’avouer, à l’admettre, à l’assumer, à bien le vivre.
On parle plus souvent des couples qui ont des problèmes dans leur vie intime et en sont frustrés ou inquiets, que ceux à qui cela ne manque pas, qui le vivent par choix ou par obligation assumée. En effet, il est courant de voir des couples se disloquer à cause d’un manque de désir, d’une baisse de libido de la part de l’un des partenaires ou les deux, d’une routine qui s’installe et tue le désir à petit feu, créant cette usure au fil des années.
L’absence de relations intimes dans un couple est en effet une des causes principales d’adultère ou de séparation, car la plupart des couples s’épanouissent pleinement en mêlant leur quotidien de couple avec le plaisir physique. Leur vie intime fait partie intégrante de leur vie de couple, à des degrés divers bien entendu, selon les personnes les rapports intimes ont une place plus ou moins importante, plus ou moins centrale dans le fonctionnement du duo, dans sa durabilité, dans le partage, la complicité et la pérennité du sentiment amoureux.
Dans les cas « classiques » d’usure du désir dans le couple, il ne s’agit pas de se projeter sur la durée sans aucune vie intime, il s’agit plutôt d’une phase, d’une période où la libido est en berne. Ces couples retrouvent ensuite leur équilibre car leur vie intime fait partie intégrante de leur définition du couple et de leurs envies.

Qu’en est-il pour ceux qui ont mis leur vie intime entre parenthèses ? Qui n’associent pas le désir physique nécessairement avec la pérennité du sentiment amoureux ? Qui sont en couple sans faire l’amour par choix ou par obligation ?

Etre en couple sans faire l’amour, une obligation subie ou un choix assumé ?

Quand on évoque l’idée d’un couple qui a choisi la voie de l’amour sans rapports charnels, on peut penser à différents cas de figure.

– Les relations virtuelles et/ou à distance

Aujourd’hui, avec internet et la multiplication des sites de rencontres et des applications en ligne, de plus en plus de couples se créent par le biais virtuel. Même si le but est de se rencontrer dès que possible, le temps passé à échanger virtuellement par message, téléphone et visio prend de plus en plus de place dans les débuts d’une relation et peut durer des jours, des semaines, voire même des mois si entre en jeu également le critère de la distance.
D’ailleurs, certains couples déjà formés depuis quelques mois ou parfois plusieurs années, vivent des relations à distance et se voient peu pour raison professionnelle souvent, ou parce qu’ils se sont rencontrés sur leur lieu de vacances par exemple et habitent à des kilomètres l’un de l’autre.
Dans ces différents cas de figure, relation à distance ou relation « en ligne », le virtuel prend une place importante dans la construction et la possible pérennité du couple. Les échanges ne se font pas de visu, les mots ne peuvent pas s’accompagner de gestes, de rapports charnels. Ces couples qui acceptent de fonctionner ainsi se donnent-ils une dead line ou sont-ils satisfaits de ce mode de fonctionnement ? Sont-ils comblés dans leur couple à distance, virtuel plus que réel, épanouis de ne se voir que les weekends par exemple ou pendant les vacances ?

La communication est centrale pour ces couples qui construisent leur relation autrement, soit parce que les rapports intimes n’occupent pas une place centrale dans leur relation, soit parce qu’ils ont fait du désir un jeu amoureux pour faire durer leur couple malgré la distance. La notion de manque physique se pose différemment d’un couple à l’autre, et chacun a son seuil de tolérance en la matière.

– L’usure du désir qui va jusqu’à l’abstinence avec les années

Pour certains couples ensemble depuis des années, des décennies même, l’usure du désir est quelque chose qui peut être courant, voire récurrent. Mais parfois, avec le temps qui passe, la vieillesse qui arrive, il ne s’agit plus seulement d’une phase avec une baisse de libido, mais d’une véritable nouvelle étape pour le couple qui ne place plus les rapports intimes comme un élément concret de leur relation. Le plaisir physique devient peu à peu secondaire jusqu’à devenir inexistant, cette envie commune ne se manifeste plus pour les deux partenaires, sans que cela ne remette en cause leurs sentiments.
C’est juste que le temps allant, l’âge avançant, certains couples montrent leur amour différemment, et le plaisir physique, ou plutôt l’absence d’intimité n’est plus un sujet de discorde, d’éloignement ou la cause possible d’une séparation. Ces couples s’épanouissent autrement et le côté charnel est souvent plus une histoire de marques de tendresse et d’affection.

Attention, je ne dis évidemment pas que tous les couples ensemble depuis plus de vingt ans par exemple ou ayant passé la soixantaine n’ont plus envie de faire l’amour, pas du tout, c’est juste que pour certains couples ensemble depuis longtemps voire depuis toujours, la question des rapports charnels dans le couple n’est pas forcément centrale et ne constitue pas un élément d’équilibre absolu. Leur histoire a évolué avec le temps, sa solidité et sa pérennité ne dépendent pas uniquement du désir physique.

– Notre corps n’est pas toujours notre allié

Parfois, malheureusement, ce sont les aléas de la vie qui nous imposent un changement, passager ou plus durable, dans la pratique du plaisir charnel. Nous ne sommes pas maîtres absolus de notre corps, de notre santé et certains événements peuvent avoir une incidence directe sur les rapports intimes.
Grossesse difficile, maladie grave, traitement médical, accident, handicap, toutes ces difficultés de santé, ces épreuves de la vie sont autant de raisons qui peuvent empêcher à un couple d’avoir une vie intime. Il ne s’agit pas dans ces cas-là de choix mais d’obligation, dans le cadre d’une grossesse à risques par exemple, d’une maladie ne permettant pas les rapports charnels, de traitements médicamenteux lourds ou avec effets secondaires ôtant toute libido. Dans ces cas-là, faire l’amour peut se révéler dangereux pour la femme enceinte ou la personne malade.

Dans d’autres cas de maladie chronique ou de handicap lourd, les rapports intimes peuvent se révéler dangereux et/ou impossibles. Il n’est pas question d’envie, de désir, mais bien d’incapacité à faire l’amour « normalement ». Chaque couple qui vit une telle situation vit alors son intimité autrement, et la sensualité et le désir se développent en fonction de la réceptivité du corps de chacun. Pour les couples pour lesquels les rapports charnels sont formellement interdits ou impossibles, il est évident que si le sentiment amoureux est présent, il n’est alors pas question de frustration ou d’obligation.

L’amour se construit indépendamment du désir, mais cela n’empêche pas l’envie de l’autre. Il faut juste faire preuve d’inventivité pour manifester son désir pour l’autre différemment, et ne pas oublier que la tendresse et la sensualité tiennent une place importante dans l’exercice de l’intimité.

– Le choix de vivre sans plaisir charnel

Pour certaines personnes, la non-pratique n’est pas une question d’obligation, d’aléas, de baisse de libido passagère, d’impuissance pour les hommes ou de frigidité pour les femmes, comme on l’entend souvent. Ne pas avoir envie ou besoin de faire l’amour ne veut en effet pas dire que l’on a un problème à ce niveau-là, que l’on n’est pas normal. On les appelle des abstinents ou des a.s.e.x.u.é.s.
Pour les abstinents, ne pas faire l’amour est une question de manque d’envie ponctuelle ou durable et pour les a.s.e.x.u.é.s c’est une question d’absence de besoin. C’est une réelle conviction basée sur l’indifférence face au plaisir physique, l’a.s.e.x.u.a.l.i.t.é est en fait une abstinence totale dans le besoin, l’envie et la pratique alors que pour les abstinents il s’agit d’une question d’envie, mais ils continuent à en éprouver le besoin, et être abstinent pendant une période donnée ne signifie pas que la personne ne refera pas l’amour un jour.

Lire aussi : L’amour platonique

“Etre a.s.e.x.u..el signifie ne pas ressentir le besoin ou l’envie d’avoir des relations charnelles avec les autres. Ces personnes ne voient donc pas l’intérêt d’avoir des rapports intimes et pourront passer leur vie entière sans relations charnelles sans en souffrir”, qui fait référence chez les “A”. Il faut souligner la différence avec l’abstinence: “les abstinents se privent de rapports charnels, alors que les a.s.e.x.u.e.l.s n’en ressentent pas le besoin.”

Ne pas ressentir le besoin ou l’envie de faire l’amour ne signifie pas forcément que l’on souhaite rester célibataire, les abstinents et a.s.e.x.u.é.s veulent partager ce qui fait un couple en dehors des rapports physiques. La difficulté réside alors dans le fait de trouver une personne qui partage cette façon de considérer le couple. Mais ne pas faire l’amour ne veut pas dire ne pas pouvoir ou vouloir tomber amoureux.

Conclusion, s’aimer sans faire l’amour, est-ce possible ?

Il paraît évident que le plaisir intime n’est pas une condition sine qua non pour l’expression du sentiment amoureux et la construction et la durabilité des couples de manière générale. Chaque couple a son mode de fonctionnement, ses besoins, ses envies, ses priorités et sa manière propre d’exprimer à l’autre son amour. Le plaisir charnel dans le couple est une chose qui nous paraît évidente parce qu’il a toujours été synonyme de normalité, considéré avant tout comme le moyen naturel de reproduction ; être en couple c’était forcément construire une famille et donc faire des enfants.

Que ce soit par choix, par obligation, par conviction, chacun est libre de laisser ou non une place aux relations charnelles dans son couple et dans sa vie, chacun est libre d’exprimer son amour pour l’autre et même son désir d’une façon différente que celle du rapport intime.

Ne pas faire l’amour ne signifie pas ne pas pouvoir ou vouloir tomber amoureux ou ne pas avoir envie d’être en couple et de vivre une histoire amoureuse. Au final, l’important, c’est que les deux personnes soient en accord avec l’expression de leur désir et la place du plaisir charnel dans la construction et le quotidien de leur couple.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.