Parler d'Amour

Maman solo : comment se reconstruire et aller de l’avant ?

Maman solo : comment se reconstruire et aller de l’avant ?

Auteur

Se retrouver maman solo n’est pas un projet de vie ni une fin en soi. Se retrouver mère célibataire peut être un choix comme une épreuve, mais dans les deux cas c’est une nouvelle étape à assumer en tant que femme et mère. Et c’est souvent une phase difficile. Maman solo : comment se reconstruire et aller de l’avant ?

Maman solo : comment se reconstruire aller de l’avant ?

Maman solo  est le terme  utilisé pour définir les mères célibataires. Les mères seules avec leurs enfants sont de plus en plus nombreuses.  Dans une époque où les familles monoparentales explosent,  être parent solo et donc maman solo est une vérité de plus en plus présente.

 Si on parle plus des mamans que des papas solos, c’est parce qu’il est encore  aujourd’hui  plus courant  de voir les mamans  assumer la garde  exclusive  ou classique des enfants que les pères.  La garde alternée se développe de plus en plus mais ce n’est pas encore le mode de garde le plus répandu. De ce fait, beaucoup de femmes  se retrouvent  seules à élever leurs enfants après une séparation ou un divorce.

Se retrouver maman solo,  c’est devoir  affronter un nouveau rythme de vie. 

Quand on devient maman solo, on affronte une nouvelle réalité de vie à laquelle on ne s’attend pas forcément. En effet, quand on se sépare du père de ses enfants, on sait qu’on va vivre et faire vivre quelque chose de difficile par la suite à ses enfants. Mais on n’imagine pas à quel point cela peut être une épreuve  bouleversante.

Trouver un nouveau rythme de vie à prendre est la première chose qu’il faut affronter. Il faut définir le nouveau mode de vie de sa famille monoparentale, les règles mais aussi créer des repères pour soi et ses enfants. Et au milieu de tout ça, on se met souvent de côté pendant un certain moment car la charge mentale et émotionnelle d’une maman solo est très lourde à porter.

 Une maman solo doit trouver du temps pour elle, pour se reconstruire en tant que femme mais cela demande du temps.

Devenir maman solo, c’est accepter l’échec de son couple et de sa vie de famille en même temps. Il faut donc du temps pour se reconstruire et en faire le deuil. La reconstruction peut être plus ou moins longue selon la raison de la séparation et le rôle que garde le père dans la vie de ses enfants.

 Il est plus facile pour une maman solo de se reconstruire si la séparation était d’un commun accord et s’il y a une garde alternée. Il sera forcément plus difficile pour une maman de se reconstruire si elle a été quittée brusquement par son ex, trompée ou encore si celui-ci a déserté son rôle de père.

En fonction de ce contexte, refaire confiance en amour, retrouver l’envie d’avancer à deux mais aussi se considérer comme une femme en plus de son rôle de mère peut prendre du temps.

Une maman solo a besoin de temps pour se reconstruire.

Pour se reconstruire, il faut donc accepter d’avoir deux étapes à passer. Celle du deuil du couple et celle du deuil de sa famille. Chaque femme a son seuil de tolérance à ce sujet.

Parfois, pour certaines mamans solos, sortir de la sphère privée pour s’affirmer en tant que maman aux yeux des autres est compliqué au début. La peur du regard des autres, mais aussi la réalité des choses avec les jugements hâtifs et les questions incessantes sont durs à subir.

Lire aussi : Maman solo, comment s’en sortir financièrement ?

 Il est important d’avoir confiance en soi et en son rôle de mère pour se reconstruire.

Chaque étape franchie, le sourire de son enfant, une activité en famille, un nouveau rituel, des larmes qui ne coulent plus, tout est bon à prendre pour réaliser qu’on avance. Une fois cette reconstruction en cours ou achevée, cette confiance retrouvée, ainsi que cette légitimité en tant que mère aux yeux des autres mais surtout des siens, on retrouve l’envie d’avancer.

 Et devenir une maman solo qui veut aller de l’avant.

Devenir maman solo, c’est très souvent mettre de côté ses besoins, ses envies et ses rêves de femme au profit de du bien-être de ses enfants. La femme est mise entre parenthèses car la mère doit tout prendre en charge.

Les jours se suivent et se ressemblent dans un quotidien souvent chronophage au début, dans lequel tout se répète et tout tourne autour de son ou ses enfants.

Pour qu’ils se sentent bien, on essaie de leur créer un nouveau foyer, un cadre avec un rythme de vie sécurisé qui les rassurent et les aident à oublier la cassure de leur ancienne famille.

Il est difficile d’avancer tant que la culpabilité est présente mais la perdre fait partie de cette étape de reconstruction.

On parle souvent de la femme qui s’oublie au profit de son rôle de mère et c’est encore plus vrai pour une maman solo. Il ne s’agit pas là de justifier une séparation, de se plaindre mais juste d’affirmer la réalité des choses. Subir ou assumer une séparation laisse des traces et encore plus quand il y a des enfants.

Une maman solo ne choisit pas forcément la façon dont les choses vont se passer après pour ses enfants, selon le rôle que garde le père dans leur vie.

Pour aller de l’avant, il faut avoir retrouvé l’envie de faire des choses. Avoir tiré un trait sur son passé et vouloir offrir une nouvelle vie à ses enfants mais aussi à soi-même. Se sentir légitime et digne d’aimer à nouveau et d’être aimée. Pour aller de l’avant, il faut donc laisser de côté l’avis des autres et se dire qu’on a le droit au bonheur comme tout le monde.

Lire aussi : Maman solo, comment s’organiser ?

Avoir tiré un trait sur son passé et vouloir offrir une nouvelle vie à ses enfants mais aussi à soi-même. Se sentir légitime et digne d’aimer à nouveau et d’être aimée. Pour aller de l’avant, il faut donc laisser de côté l’avis des autres et se dire qu’on a le droit au bonheur comme tout le monde.

Prendre soin de ses enfants n’est pas incompatible avec le fait de faire des projets de femme et vouloir avoir une nouvelle vie sentimentale. Les familles recomposées sont de plus en plus nombreuses et ne sont pas un symbole d’échec mais plutôt d’espoir.

On ne peut pas passer sa vie ressasser le passé, à regretter, à culpabiliser.

Ce n’est bon ni pour soi ni pour ses enfants. Avancer, quel que soit le projet est le but de l’existence.

Pour que les enfants soient heureux, même dans une famille monoparentale, il faut que le parent avec lequel ils vivent s’autorise sa part de bonheur.

Voir les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.