Parler d'Amour

Lettre de soutien moral face à la maladie

Lettre de soutien moral face à la maladie

Commandez-moi une lettre sur-mesure

Besoin de le dire avec des mots ? Commandez-moi votre lettre rédigée rien que pour vous...

Auteur

Quand un proche tombe malade, il est souvent difficile de trouver les bons mots pour l’assurer de notre soutien moral face à la maladie. En effet, quoi dire à une personne malade pour lui assurer votre soutien ? Et surtout lui prouver que vous serez là pour elle, vraiment ? Comment éviter d’être maladroit ou de la déranger ? Est-ce qu’une lettre de soutien moral face à la maladie est une bonne idée ?

Lettre de soutien moral face à la maladie

Il n’y a pas de solution miracle mais une présence sans faille à installer dès le début car le plus blessant sera toujours votre silence. La solitude et l’isolement ressentis quand trop d’amis et une partie de la famille « disparaissent » car ils ne savent pas quoi dire ou sont « à coté de la plaque » sans s’en rendre compte, sont douloureux.

Si le moral va mal, le reste va difficilement aller mieux, on le sait. Etre bien entouré quand notre santé nous fait défaut, c’est une base essentielle, un pilier pour vaincre le mal qui nous ronge. Tous les médecins sont d’accord là-dessus.

Relire les messages de ses proches les jours où on est au plus bas donne de la volonté et du courage pour affronter le quotidien. C’est un soutien très précieux contre la maladie et l’isolement qu’elle peut causer.

Alors si vous avez une personne de votre entourage qui subit la maladie, quelle qu’elle soit, n’hésitez plus à lui envoyer une lettre dès aujourd’hui. Un mail, un message, une carte… Ce sera peut-être la petite chose dont votre proche a besoin pour reprendre courage, retrouver des forces ou simplement sourire, et ce n’est pas rien.

Si vous ne savez pas quoi écrire, demandez-vous simplement quels mots vous aimeriez entendre si vous étiez malade. Et dites-vous aussi que si c’est fait sincèrement, avec le cœur et un véritable soutien derrière, alors ce sera parfait.

Pour vous y aider, voici une lettre de soutien moral face à la maladie :

«  Il est difficile de trouver les bons mots dans ce genre de situation. Ceux qui me viennent sont plein de rage ou de tristesse, ou très vulgaires je l’avoue, mais je sais qu’ils ne t’aideront pas.
Mais quand même, s’il te plait, laisse-moi être le premier à envoyer mon poing dans la figure à la prochaine personne qui raconte que rien n’arrive sans raison, que tu es si forte qu’on ne s’inquiète pas pour ta guérison ou n’importe quelle autre « connerie » de ce genre. Oui, permets-moi d’être le bouclier entre eux, entre « ça » et toi.

Moi j’ai la rage au ventre, la peine au cœur et je suis désolé que tu aies à traverser cette épreuve. Mais tu ne l’affronteras pas seule, je t’en fais la promesse.

Face à la maladie nous sommes à l’origine tous égaux, c’est vrai. La vie et la santé tirées comme à la loterie, ça donne envie de hurler. On n’y peut rien, hélas. Souvent, on est témoin de loin de la souffrance des autres, on compatit, mais on n’est pas directement concerné.

Mais quand ça arrive à quelqu’un qu’on aime, on réalise à quel point on a peur, à quel point la vie ne tient qu’à un fil, à quel point elle peut être bouleversée. Ta vie. On a envie de dire qu’on comprend, qu’on imagine combien c’est dur à vivre, mais on ne sait pas ce que c’est vraiment que de vivre avec la maladie. Cette putain de maladie. Voilà je l’ai écrit !

On compatit, on essaie d’être présent mais on sait à quel point c’est insuffisant. On se sent impuissant. Honteux, coupable même parfois d’aller bien et de ne pas pouvoir aider, soulager. Guérir. En colère aussi, devant cette injustice.

Et puis on se sent égoïste de s’autoriser à penser et à ressentir tout cela alors que la personne malade ce n’est pas nous, c’est toi. Oui, c’est toi qui as le droit de dire tout ça, de déverser ta tristesse, ta colère, ta rage, ton impuissance.

Lire aussi : Lettre de réconfort à une amie malade

Moi je veux te dire que je suis ton épaule, ton oreille attentive, ton soutien. Sincèrement.

Ce ne sont pas des mots en l’air. Ma présence est indéfectible pour te prouver mon soutien moral face à la maladie.

Je n’ai pas à te donner de conseils, qui suis-je pour ça ? Ce que je peux juste te dire c’est que tu appelles et j’arrive. Pour t’aider avec le petit, pour ton ménage ou tes courses, pour aller chercher tes médicaments ou t’emmener à tes rendez-vous médicaux.

Mais aussi pour être avec toi tout simplement. Pour parler, pleurer et rire. Te consoler, te prendre dans mes bras et t’insuffler mon énergie.

Pour t’éviter toute surcharge émotionnelle, t’aider à te recentrer sur l’essentiel, c’est-à-dire ce combat, c’est à dire toi et pour t’éloigner des choses toxiques. Après je ne veux pas que tu t’enfermes dans une bulle d’isolement même si je comprends que la tentation est grande.

Alors, oui craque, pleure et dis-moi merde la prochaine fois que j’ose dire que tu es forte.

Mais si je te dis ça, c’est parce que j’ai confiance en toi. En ta capacité à relever ce défi. En ta persévérance. Et c’est surtout parce que je t’aime. Et que oui, c’est égoïste mais ma vie sans toi dedans, ce n’est pas possible. Sans tes rires et tes blagues pourries, tes conseils et nos longues discussions, sans ta présence, ton aura, sans toi tout simplement. C’est hors de question.

Je sais que tu as déjà fait plein de démarches, subi plein de choses, enchainé les rendez-vous médicaux et que tu dois en avoir ras le bol. Je comprends. C’est prétentieux mais c’est vrai.

Alors surtout ne te force plus à faire semblant d’aller bien pour les autres car ça bouffe toute ton énergie et tu en as besoin pour te concentrer sur toi.

Pour te soulager, pour aller mieux, pour guérir. Pour retrouver ton sourire, ta joie, ton énergie, ton appétit de vivre, ta confiance en toi et en l’avenir. Je te jure que tu peux y arriver. Ne lâche rien.

Et je serai toujours là, pour sécher tes larmes mais aussi partager tes rires, pour te rassurer mais aussi célébrer tes victoires, pour te tenir la main et t’accompagner.

Aujourd’hui, demain et tous les autres jours. Je serai là, n’en doute jamais. »

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.