Parler d'Amour

Lettre d’amour qui risque de faire pleurer : On s’aimait trop jusqu’à se déchirer

Lettre d’amour qui risque de faire pleurer : On s’aimait trop jusqu’à se déchirer

Commandez-moi une lettre sur-mesure

Besoin de le dire avec des mots ? Commandez-moi votre lettre rédigée rien que pour vous...

Auteur

Il y a des lettres d’amour joyeuses, belles, positives. La mienne est intense. Déchirante. C’est le mot, oui celui qui nous convient le mieux. Qui nous définit, qui traduit notre histoire d’amour. On s’est aimés passionnément, à la folie, intensément. On s’est aimés trop. Mal peut-être. Mais sans aucun regret, sans aucun filtre. Et c’est cela aussi, la beauté de l’amour. Lettre d’amour qui risque de faire pleurer : on a vécu un amour déchirant.

Lettre d’amour : on a vécu un amour déchirant

« Je suis émotive, impulsive, exigeante, impatiente, excessive. Hystérique ?

Tu es têtu, cynique, de mauvaise foi, boudeur, angoissé. Peureux ?

Ensemble on était explosifs. Peut-être trop. On s’est aimés bordel, oui on s’est aimés. Sûrement mal, sûrement trop mais comme jamais auparavant. De disputes en retrouvailles, de moments romantiques à la passion la plus folle.

On a vécu ensemble une relation plus intense que n’importe quelle autre. Unique. Entière. Totale. Dangereuse ? Déséquilibrée,  toxique ?

Je croyais qu’ensemble on était plus forts que tout. Que tout le reste, que tout le monde. Invincibles et seuls au monde. Comme isolés des affres du quotidien.

Comme au-dessus des soucis du commun des mortels. Protégés en quelque sorte, intouchables. Invincibles.

Je planais, oui je volais au-dessus de ma vie de tous les jours. Je ne voulais plus toucher le sol.

J’aimais cet état second. Cette emprise commune, cette passion dévorante, cet amour exclusif. Cette sensation d’être unique, d’être aimée comme aucune autre.

Même si ça n’était pas parfait. Même si souvent il fallait s’affronter dans des joutes verbales, des cris, des pleurs, des claquements de porte, du verre brisé.

J’ai longtemps cru que c’était normal. Que c’était ça l’amour. Ce bouleversement des sens qui amène jusqu’à tout supporter. Qui laisse la passion prendre le pas sur la raison.

J’étais aveuglée par ce désir, ce besoin d’être avec toi. Cette sensation que sans toi je n’étais plus rien. Cette évidence que tu étais mon autre, mon âme sœur. Que nul autre que toi ne saurait mieux me comprendre et m’aimer.

Et tu m’as aimée. A ta façon… On a passé notre temps à s’aimer mais aussi à se déchirer. Perdus dans une relation qui nous dépassait. Saisis par l’urgence de la situation. Jamais sereins quant à l’avenir…

On n’a pas su mûrir, grandir, évoluer ensemble ni faire vivre notre histoire pour s’y projeter. Quel dommage, quel gâchis.

On n’a pas su s’aimer comme il fallait, avec calme et sérénité pour se construire un avenir. 

On a choisi de se brûler les ailes, de tester nos limites. De vivre intensément cette histoire d’amour en sachant qu’elle ne nous rendrait pas sereins. 

On a oublié l’essentiel, nous-mêmes, pour se perdre l’un dans l’autre et dans cette relation qui prenait toute la place, trop de place. À quoi bon au final ? On a fini par se déchirer, se détester. Se perdre…

Pourtant on s’est tellement aimés. Peut-être même qu’on s’aimera toujours. Que rien n’enlèvera cette évidence entre nous. Mais que nous ne sommes pas faits pour vivre ensemble dans cette vie….

Peut-être que la vie nous a offert tout ce qu’elle pouvait et que cela devait s’arrêter ainsi. Ou alors que nous n’avons pas su saisir notre chance. Je ne sais pas,  je ne sais plus…. 

Je t’ai aimé autant que je t’ai haï. Détesté. 

A trop vouloir mettre de la passion dans nos vies, on s’est détruits. A trop vivre au bord du précipice, on a fini par y tomber. Et on s’est perdus, à jamais. »

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.