Parler d'Amour
Lettre d’amour après une rupture

Commandez-moi une lettre sur-mesure

Besoin de le dire avec des mots ? Commandez-moi votre lettre rédigée rien que pour vous...

Lettre d’amour après une rupture

Auteur

Voici une lettre d’amour vraiment touchante de Mathilde après une rupture. Merci de l’avoir partagée avec nous.

Lettre d’amour après une rupture par Mathilde :

Je crois bien que jamais aucun homme, auparavant, a réussi à me faire sourire comme tu l’as fait.
Le mot bonheur existait en moi mais il ne signifiait plus rien. À vrai dire, toi seul m’a redonné goût à la vie en quelques semaines. Et pourtant, Dieu sait comme j’étais amochée, apeurée et fatiguée. Tu étais là, je ne savais pas combien de temps tu resterais avec moi, et j’y croyais au toujours. Je ne sais pas si tout cela a même vraiment existé. Notre histoire était si différente, j’étais à la fois ta femme, ta complice ou bien encore ta maîtresse. Tu étais celui qui a refait battre mon cœur, celui qui a ravivé une flamme pour ensuite la griller. Tu étais le seul capable de m’emmener sur un petit nuage en me prenant dans tes bras. Tu connaissais tout de moi, chaque cicatrice, chaque souvenir. Tu me connaissais comme personne ne m’avais connue, heureuse. J’étais tellement insouciante, tellement amoureuse, tellement bien.

Se faire écrire une lettre par un écrivain public

Là aujourd’hui, je suis là à t’écrire et à me demander si ces mois d’amour ont réellement existés. Je sais pertinemment que ce n’était pas un rêve, enfin je l’imagine, tout prouve le contraire. J’aimerais pouvoir te dire que je vais bien, que je t’attends. Mais ce serait te mentir. Tu m’as mise à six pieds sous terre quand tu m’as laissée pour une autre. Je ne sais pas si un jour je pourrais m’en remettre réellement de cette rupture si douloureuse. En réalité, je ne m’en remettrai jamais. J’aimerai te dire que je n’ai pas de chagrin, qu’un autre a prit ta place. Mais c’est faux.

Lire aussi : Lettre de tristesse et d’amour pour lui

Je n’ai plus envie de rien, le seul goût que j’ai c’est celui du Whisky Coca, tous les soirs je prends un shoot de tequila pour noyer ma peine au fond de mon foie si fragile. Je pensais que notre amour ne s’éteindrait jamais et que notre couple deviendrait une famille. Mais je me suis trompée. Trompée sur toi, ou bien sur nous. J’ai mal, j’ai tellement mal au cœur que je le sens s’arrêter. Beaucoup me disent qu’ils avaient raison en disant que tu n’étais qu’un con, malgré ça, j’ai rien écouté et je t’ai mis au sommet. J’aimerais te dire aussi que tu ne me manques pas et que finalement, avec du recul, c’est mieux comme ça mais même ma tristesse n’y croit pas.

Anthony, ce prénom résonne encore dans ma tête, dans mon âme. C’est le prénom de l’homme qui m’a sortie de la dépression pour m’enfoncer encore plus. Je vivais notre histoire au jour le jour, je ne m’attendais pas à ce qu’il y ait une fin. Nous avons vécu des moments de complicité, des moments d’amour et aussi des moments de crises. Je t’avouerai que j’ai souvent baissé les bras mais ça tu le sais. Je n’ai jamais songé à vivre sans toi. Te quitter, t’abandonner était impensable, mentalement impossible. Tu me disais que quoi qu’il arriverait, on s’en sortirait. Tu m’as menti. Pour tout te dire, je ne sais pas si tu m’as menti ou si tu as fini par oublier mais je sens encore la chaleur de tes mains quand tu les posais sur mes hanches. Le temps passe, on me dit que la plaie finira par s’estomper, je ne vois pas de fin à ce foutu cauchemar. Réveille-moi, réveille-moi et dis-moi ce que tu m’as toujours dit quand je passais une mauvaise nuit, que tu étais là, que c’était fini, que maintenant ça va aller.

Publicités (non séléctionnées par la rédaction)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.