Parler d'Amour

Lettre d’amitié : J’ai appris à vivre sans toi

Lettre d’amitié : J’ai appris à vivre sans toi

Commandez-moi une lettre sur-mesure

Besoin de le dire avec des mots ? Commandez-moi votre lettre rédigée rien que pour vous...

Auteur

On ne choisit pas toujours qui entre et sort de notre vie. Mise à part la famille, on ne choisit même jamais les rencontres que l’existence place sur notre chemin. Appelez cela les circonstances, le hasard ou encore le destin, il y a des personnes qui entrent dans notre vie sans crier gare et qui prennent une place importante, sans qu’on s’y attende, sans qu’on y soit préparé. C’est sûrement ce qui fait la magie des rencontres et des relations humaines, ce qui en fait tout l’intérêt et l’intensité. Seulement voilà, parfois des gens entrent dans notre vie, nous bouleversent au passage en nous apportant, par leur présence, quelque chose de précieux et d’unique mais ils ne restent pas. Ils ne le veulent pas, ils ne le peuvent pas, la vie en décide autrement, peu importe, le résultat est là ; ils disparaissent peu à peu ou soudainement de notre vie, sans prévenir et y laisse un vide immense. Alors à partir de là, on n’a pas le choix, il faut apprendre à vivre sans eux. Oui depuis il a bien fallu s’y résoudre, j’ai appris à vivre sans toi.

Une relation pleine de sens

Je ne sais pas si j’ai toujours été ainsi, mais je m’attache vite aux autres. Disons que quand j’aime, comme quand je n’aime pas quelqu’un, c’est rarement à moitié. Alors quand une personne entre dans ma vie et que j’ai l’impression que cette rencontre est différente, quand la réciprocité est là, je suis curieuse, je suis attentive, je suis à l’écoute, je suis disponible, je suis intéressée. J’en deviens sûrement dépendante quelque part les premiers temps, c’est le revers de la médaille. Car ce que j’aime avant tout, c’est la réciprocité.

Avec toi, il y a eu tout cela. Une évidence, une fluidité dans les échanges, une facilité à se raconter, une familiarité, et donc, je le croyais une évidente sincérité.

De cela aujourd’hui malgré tout, je ne veux pas douter. Tu es entré dans ma vie avec tes mots et tes rires, nous avons partagé des instants plein d’humour, des conversations interminables, quelques soirées mémorables, des confidences à cœur ouvert. Je n’ai aucun regret que celui du manque. Quelque part, tu donnais un sens à certaines de mes journées, même si ma vie avait déjà un sens sans toi, mais tu apportais cette bonne humeur, ce petit grain de folie, cet inattendu qui fait du bien.

C’est de tout cela dont je veux me rappeler aujourd’hui, de ces instants passés ensemble qui restent parmi mes meilleurs souvenirs.

Se rattacher aux souvenirs

Je ne sais pas par lequel commencer, car tous les moments que nous avons passés ensemble avaient un sens, me donnent le sourire ou me rendent nostalgique. Je n’ai pas le souvenir d’une soirée ratée, d’une conversation décevante, d’un échange sans profondeur. Quand on se parlait, quand on se voyait, c’était pour partager un vrai moment de joie, pour rire, pour s’amuser ou au contraire pour parler de nos vies, de nos peurs, nos soucis, pour se confier. C’est ce qui faisait aussi la beauté de notre relation, cette confiance instinctive, naturelle, sans doute ni tabou.

Dès le premier regard, j’ai su que tu me comprendrais. Dès les premiers mots, j’ai su qu’on était sur la même longueur d’ondes. Dès les premiers sourires, j’ai su qu’on allait profiter de certaines tranches de vie ensemble. Et on l’a fait, et bien fait.

Je crois que c’était avec toi que j’ai passé certaines de mes meilleures nuits blanches et avoué mes plus grandes peurs. C’est toi que j’ai appelé au secours, c’est toi qui m’as rassurée, aidée, conseillée. Et je crois avoir réussi à remplir ce rôle également, à un moment de ta vie, en tout cas je l’espère. Je ne m’explique pas cette facilité avec laquelle tu es entré dans ma vie, rien ne le laissait présager, mais tu laisses derrière toi des souvenirs vivaces, pour moi ce lien était à part, et parfois, je pense à toi, à ces moments partagés et tu me manques.

La vie éloigne parfois ceux qu’elle avait réunis

Il n’y pas eu véritablement de désaccord, de dispute, de conflit. Rien de tout cela. Il y a juste eu la vie, et ses obligations, ses contraintes. Et donc notre éloignement. Géographique, physique, puis émotionnel. Nos rythmes de vie sont diamétralement opposés, toi le citadin, moi la campagnarde, toi le célibataire endurci, moi la maman solo. Il était logique que nos priorités le soient aussi. En plus, nous sommes à des moments importants de nos vies, nous avons connu en même temps des bouleversements professionnels et familiaux, nous avons dû nous concentrer sur tellement de choses que le temps a joué en notre défaveur. Nous n’avons plus eu de temps pour nous, pour l’insouciance alors que lors de notre rencontre nous étions dans cette phase où nous avions besoin de lâcher prise, faire une pause avant de restructurer à nouveau nos existences.

C’est pour cela que je ne regrette absolument rien et que je sais qu’au final, nous nous sommes rencontrés au bon moment et apportés des choses essentielles à ce moment-là, nous avons encouragé l’autre à avancer dans sa voie.

Cela donne un sens incroyable à notre relation et je crois de plus en plus à l’idée qu’il y a toujours un sens aux rencontres que l’on fait, qu’il reste toujours une trace des personnes qui ont croisé notre route même brièvement.

Grâce à toi j’ai osé me lancer dans mon projet professionnel, reprendre confiance en moi et repenser ma vie, tu fais partie des personnes qui m’ont encouragée et mis le pied à l’étrier en quelque sorte, qui m’ont convaincue que cela était possible.

Alors je te dois tellement de mercis au final pour tout ce que tu m’as apporté. Tu as été mon confident, et quelque part aussi mon ange gardien et mon coach. Tu m’as guidée, peut-être que tu ne sais pas l’importance que tu as eu, que tu ne sais pas que si j’ai changé de vie aujourd’hui, c’est un peu grâce à toi. Je suis consciente que tu m’as sûrement plus apporté que l’inverse mais je ne veux pas voir en notre histoire un déséquilibre. J’espère que tu gardes un souvenir positif de moi et que notre rencontre aura été pour toi aussi pleine de sens.

Les belles rencontres, sincères, désintéressées, enrichissantes et épanouissantes sont rares.

En attendant, avec le flot de souvenirs qui refont surface, je vais oser faire ce que je n’ai pas fait depuis longtemps, prendre de tes nouvelles. Et puis même si j’ai appris à vivre sans ta présence concrète ces derniers temps, je sais que je ne t’ai pas complétement perdu, et que la vie saura nous réunir à nouveau le temps venu.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.