Parler d'Amour

le réveil du cauchemar (anonyme)

le réveil du cauchemar (anonyme)

Auteur

Un joli texte de X qui a souhaité rester anonyme :

j’avais 15 ans et j’étais au collège. C’était mi juin 2008 et c’était une journée banale. j’étais dans le couloir avec quelques amies quand quelqu’un est venu me dire bonjour et depuis… plus de souvenir pendant 8 ans et demi ! je ne sais pas ce qu’il s’est passé. Je me suis réveillée et j’avais 23 ans, bientôt 24 ans. Apparemment un sommeil profond me dit-on. Personne n’a réussi à me réveiller. Je me souviens juste d’un long rêve où beaucoup de choses se sont passées. Un rêve interminable…

J’ai rêvé de vacances à la plage, à la montagne, de dispute, de réconciliation, de pleures, de rires, de rire à en pleurer, de chanson, de trahison, de haine, de colère, d’une bague, d’une phrase qui disait “un jour toi, je t’embrasserai”, d’une gourmette dont je ne saurais vous dire le prénom qui était gravé dessus et de l’amour, beaucoup d’amour.

Je me souviens d’un garçon avec qui apparemment je vivais toutes ces choses. Il avait des airs de ce garçon à qui je venais de dire bonjour dans le couloir avant de m’endormir. Sauf que vous pensez bien qu’au bout de 8 ans et demi de sommeil je ne saurais reconnaître ce garçon qui a sûrement dû grandir depuis. Mon dernier souvenir c’était un désaccord sur un appartement, un avenir pour lequel nous n’avions pas la même vision, de passion sur certains sujets, et toujours de l’amour beaucoup d’amour ou du moins à sens unique puisque ce n’était qu’un rêve. Il appelait tout le monde Loulou ou louloute, rigolo mais assez lourd à la longue. Je me souviens aussi que si ce garçon m’avait demandé de lui décrocher la lune, de lui donner ma vie pour le sauver, vouloir 2 enfants au lieu d’un, se marier au lieu de se pacser, de m’installer avec beaucoup de désaccord, je l’aurais fait. J’aurais tout fait même en râlant un peu de temps en temps et même au bout de 8 ans et demi de rêve.

On fait tout par amour et puis les opposée s’attirent il paraît. Je ne saurais vous dire la suite car lorsque ma meilleure amie est venu me réveiller j’étais en larmes, anéantie, vidée avec la sensation d’avoir été trahie et de ne plus jamais pouvoir relever un jour la pente, ainsi que beaucoup de peine, colère et haine. Aujourd’hui je ne saurais reconnaître ce garçon. Je pourrais le croiser lui et son regard comme j’en croiserai des centaines par jour. Vue dans quel état j’étais en me réveillant, j’aurais préféré ne jamais connaître ce garçon ! Tant mieux si je ne l’ai pas connu et Dieu merci ! Je n’aurais pas aimé être sa louloute à qui il aurait pensé lors de ses anniversaires une fois par an ou lors d’un message de bonne année ou qu’il aurait invitée lors de ses anniversaires surprises. Non merci. Si je le croise réellement et que lui se souvient de moi avant mon sommeil, je voudrais qu’il ne s’arrête pas dans la rue pour me regarder et me rappeler ce mauvais rêve que j’ai fait après l’avoir rencontré. Je préférais réellement qu’il fasse de même, qu’il croise mon regard comme il en croiserait des centaines d’autres. En tous cas aujourd’hui je vais bien, je suis heureuse et je voudrais que ces journée que je vis actuellement depuis mon réveil durent toujours et que je n’en fasse jamais le tour.

Ailleurs sur le web (Sponsorisé par Adnow)
Afficher les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.