Parler d'Amour

La vérité sur l’affaire Harry Quebert : Un roman qui n’a de cesse de nous surprendre

La vérité sur l’affaire Harry Quebert : Un roman qui n’a de cesse de nous surprendre

Auteur

J’arrive un peu après la bataille, certes. La vérité sur l’affaire Harry Quebert de Joël Dicker est sorti il y a quelque temps déjà, mais moi, je viens de le lire ! Et comment vous dire… Je vous le recommande à 300% !

La vérité sur l’affaire Harry Quebert : Résumé

– Centrale de la police, quelle est votre urgence ?
– Allô ? mon nom est Deborah Cooper, j’habite à Side Creek Lane. Je crois que je viens de voir une jeune fille poursuivie par un homme dans la forêt.
– Que s’est-il passé exactement ?
– Je ne sais pas ! J’étais à la fenêtre, je regardais en direction des bois et là, j’ai vu cette jeune fille qui courait entre les arbres… Il y avait un homme derrière elle… Je crois qu’elle essayait de lui échapper.
– Où sont-ils à présent ?
– Je… Je ne les vois plus. Ils sont dans la forêt.
– Je vous envoie immédiatement une patrouille, Madame.
C’est par cet appel que débuta le fait divers qui secoua la ville d’Aurora, dans le New Hampshire. Ce jour-là, Nola Kellergan, quinze ans, une jeune fille de la région, disparut. On ne retrouva plus jamais sa trace.

Plus qu’un résumé, c’est la première page du livre… Première page qui donne le ton de ce roman policier qui va tenir le lecteur en haleine durant près de 900 pages ! Et, même si vous n’êtes pas un grand lecteur, je peux vous assurer que vous les dévorerez aussi vite que moi !

La vérité sur l’affaire Harry Quebert : Mon avis

Je pourrais vous en dire plus sur l’histoire en elle-même mais je prends le parti de ne pas le faire. En effet, moi-même je n’avais aucune idée de quoi parlait ce roman et la surprise n’en a été que plus belle !

Ce que je peux vous dire c’est que si vous ouvrez ce livre, vous le finirez. Si vous ouvrez ce livre, il y a des chances pour que vous ne réussissiez pas à le fermer. Et ce, même si vous n’êtes pas un(e) grand fan de romans policiers à la base ! 

Comme l’a si bien dit Bernard Pivot à propos de La vérité sur l’affaire Harry Quebert :

« Si vous mettez le nez dans ce gros roman, vous êtes fichu. Vous ne pourrez pas vous empêcher de courir jusqu’à la six centième page. Vous serez manipulé, dérouté, sidéré, agacé, passionné par une histoire aux multiples rebondissements, fausses pistes et coups de théâtre. »

J’ai aimé les nombreux procédés stylistiques utilisés, les mises en abîmes, cette auto-fiction est juste géniale ! L’auteur joue avec le lecteur et l’entraîne de rebondissements en rebondissements et ce, jusqu’à la toute fin ! L’intrigue est subtilement ficelée et ne manque pas de cohérence, le rythme est soutenu, je n’y ai trouvé aucune longueur. Même les passages qui se répètent sont minutieusement choisis et donnent au livre la tournure d’une véritable enquête qui se passerait sous notre nez. Plus encore, j’ai apprécié les 31 conseils pour écrire un roman qui sont non seulement intéressants mais qui donnent tout son sens au roman.

C’est une histoire d’amour impossible entre un homme de 34 ans et une jeune femme de 15 ans. C’est l’histoire de deux meurtres qu’on cherche à résoudre. Mais c’est aussi l’histoire d’une grande amitié entre deux hommes : l’élève et son mentor. L’histoire d’un écrivain, de deux écrivains.

La vérité sur l’affaire Harry Quebert : Quelques extraits

Vous essayez de me parler d’amour, Marcus, mais l’amour, c’est compliqué. L’amour, c’est très compliqué. C’est à la fois la plus extraordinaire et la pire chose qui puisse arriver. Vous le découvrirez un jour. L’amour, ça peut faire très mal. Vous ne devez pas pour autant avoir peur de tomber, et surtout pas de tomber amoureux, car l’amour, c’est aussi très beau, mais comme tout ce qui est beau, ça vous éblouit et ça vous fait mal aux yeux. C’est pour ça que souvent, on pleure après.

Environ une demi-seconde après avoir terminé votre livre, Marcus, le lecteur doit se sentir envahi d’un sentiment puissant ; pendant un instant, il ne doit plus penser qu’à tout ce qu’il vient de lire, regarder la couverture et sourire avec une pointe de tristesse parce que tous les personnages vont lui manquer. (Mission réussie !)

– Marcus, savez-vous quel est le moyen de mesurer combien vous aimez quelqu’un?
– Non
– C’est de le perdre.

Vous pouvez commander La vérité sur l’affaire Harry Quebert ici !

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.