Parler d'Amour

Etre en couple ne signifie pas renoncer à son idéal de vie, ni perdre son identité

Etre en couple ne signifie pas renoncer à son idéal de vie, ni perdre son identité

Auteur

De périodes de célibat en relations éphémères, de solitude en rencontres décevantes, voilà des années que je me construis, me reconstruis, seule. J’ai appris de mes erreurs, de mes doutes, de mes peurs. J’ai compris la raison de mes échecs, j’ai réalisé que je m’étais fourvoyée, perdue dans des relations qui ne m’apportaient rien de ce que j’espérais, de ce que j’attendais vraiment. J’ai failli me perdre à nouveau en route en acceptant d’une relation avec un homme, qu’elle gouverne ma vie. Encore une fois. Etre celle qui attend, espère, change pour l’autre, enfouit au fond d’elle ses rêves secrets, ses envies, ce qu’elle est vraiment. Mais tout cela, c’est fini. Je ne veux plus me perdre, je ne veux plus me demander qui je suis. Ces années de déceptions ou de solitude affective ont été, quelque part, mon renouveau, ma prise de conscience, mon parcours initiatique, mon facteur déclencheur.

Ma révélation.

Je sais enfin qui je suis, ce que je veux, ce que j’aime, où je veux aller et comment je veux vivre mes émotions, mes sentiments. Seulement j’ai peur. M’investir dans une relation à nouveau me fait peur oui, car je ne veux pas me perdre à nouveau, renoncer à tout ce chemin parcouru, à celle que je suis devenue. J’ai encore du mal à me situer, à me projeter avec un autre, à savoir si cela est compatible avec ma vie actuelle, mes projets, mes attentes, mes rêves. Je ne veux plus faire de sacrifices pour un homme.

Mais je ne veux pas non plus imposer ma vision des choses de l’amour et de la vie, je veux qu’elle soit partagée volontairement, naturellement. Suis-je trop exigeante, trop idéaliste ? Alors un équilibre est-il possible à trouver ? Le temps est-il mon allié dans cette nouvelle quête de l’amour ? Vais-je enfin pouvoir conserver mon idéal de vie dans une future relation de couple et ne pas me perdre une nouvelle fois ? Etre à deux sans renoncer à soi, tout simplement.

Dans ma bulle de solitude

J’ai encore des moments où j’ai du mal à sortir de ma bulle de solitude, accentuée au fil du temps par mon statut de célibataire, et j’ai donc du mal à me dire que je peux vraiment être à deux aujourd’hui. S’agit-il de zones d’ombres, ou au contraire suis-je de plus en plus en accord avec moi-même et ma lumière intérieure ?

Car j’ai changé. Je sais, on dit que les gens ne changent pas. Qu’ils évoluent, qu’ils se trouvent ou se retrouvent selon les moments de leur vie, les épreuves de l’existence. Sûrement. Alors disons que c’est tout cela à a fois.

Je suis enfin devenue la femme que je dois être, je me suis enfin confrontée à ma vraie personnalité, mes vraies peurs, mes doutes, mes angoisses, mes limites. Mais aussi à mes envies, mes rêves, mes projets.

Et c’est le plus important pour moi, et j’en suis fière. Pour la première fois depuis longtemps, pour la première fois de ma vie peut-être même, je suis fière de mener à bien mon projet, d’être sur mon chemin, de tenir, d’y croire, et d’avoir osé. Si je me trompe, si je m’égare, je sais que je verrai les signes avant-coureurs. Si j’échoue, j’aurais tout tenté, j’aurais essayé. C’est tout ce qui compte à mes yeux maintenant.

Etre en accord avec moi-même, mes envies profondes, mes croyances, c’est ce qui me permet d’accéder enfin à une sorte de bien-être, de sérénité. Je n’ai plus envie de laisser la peur gouverner ma vie, de laisser quelqu’un d’autre décider pour moi ou me dire que c’est impossible.

Envie de me sentir libre

Je ne sais plus faire autrement. Et je ne le veux plus. J’ai longtemps cru que c’était un problème, un blocage, une douleur non cicatrisée, pas encore digérée, mon passé trop présent mais en fait, non ce n’est rien de tout cela. En fait je suis bien ainsi, c’est mon choix de vivre comme ça. Je n’ai pas de souffrance, je sais ce que j’ai vécu, je suis en paix avec mon passé sentimental, j’assume mes erreurs et mes égarements, et je veux rester fidèle à mes idéaux aujourd’hui, à celle que je suis devenue.

J’ai besoin de me sentir libre d’être et de rester celle que j’ai mis tant de temps à découvrir, à reconstruire, à aimer. Je ne veux plus d’un homme qui me transforme, m’assujettisse, m’empêche d’être moi-même.

Je ne veux plus m’excuser d’être qui je suis. Celle que je suis devenue est loin d ‘être parfaite, loin d’être toujours sereine, à trop cogiter, à se poser trop de questions, trop douter mais au moins je suis en paix avec moi-même. Celle que je suis est celle que je voulais être. Pas encore totalement mais de plus en plus.

J’ai du mal avec la tiédeur, la fatalité. Je ne veux pas me dire que c’est impossible, que le rêve est trop grand, que la vie est forcément triste, morose, routinière.

Elle l’est forcément je le sais, mais on peut trouver dans la routine mille petites raisons d’être heureux. Il suffit de prendre le temps de voir les petits bonheurs chaque jour, il suffit de se concentrer sur l’essentiel. Je ne sais plus vivre ainsi, je ne veux plus. Je ne veux plus être cette femme-là.

Ne pas laisser à nouveau une relation me perdre

J’ai besoin de ma solitude, besoin de temps pour moi, beaucoup, de garder un certain recul sur les choses, la situation. Mais aussi, je crois sur tes émotions, ton attachement. Ce n’est pas contre toi, pas contre nous, c’est juste que mes doutes prennent peut-être encore beaucoup de place et que je ne sais plus vraiment comment faire.

Et puis, oui, je l’avoue, j’ai aussi besoin et envie de mon indépendance, de ma liberté. Non pas que tu me brides, m’emprisonner dans notre relation, non pas que tu veuilles me changer mais je sais que je mets plus de temps à m’y investir, à trouver ma place, à me projeter, à m’y retrouver tout simplement.

Et j’ai donc peur de te décevoir, de te déplaire, de te faire perdre ton temps, de te lasser, de te blesser. D’inverser les rôles en faisant de toi celui qui espère, qui attend, qui n’ose pas être lui-même.

Jamais de la vie. Je n’ai pas d’esprit vengeur, de revanche à prendre sur les hommes. Les relations déséquilibrées, sans réciprocité, sans sincérité ne m’intéressent pas. J’ai donc peur de mal faire, peur d’avoir le mauvais rôle, peur de tout cela.

Lire aussi : Apprendre à être bien seule avant d’être en couple

Et de te perdre ? Je ne sais pas… Ce que je sais, c’est que je ne veux pas me perdre dans une relation à nouveau. Je ne veux pas qu’on m’étouffe, qu’on me freine, qu’on me dise que je ne peux pas changer les choses, qu’elles sont immuables, qu’il faut savoir s’en contenter, qu’il faut rester à sa place. Et si moi, c’est ainsi que je veux vivre à présent ? Avec cette rage de vivre, cette envie de prendre plaisir à ce que je fais, ce que je suis, à ne plus me sentir limitée par les autres, les obligations ; à ne tolérer que le minimum de contraintes (professionnelles par exemple) mais à vivre tout le reste en adéquation avec mes envies profondes, enfin.

Je ne veux pas que le fait d’être en couple à nouveau soit incompatible avec mon bien-être, synonyme de contraintes, de renoncement d’emblée. Je veux vivre une relation qui apporte du plus à ma vie, qui m’envoie des ondes positives, me fasse partager et vivre des belles choses, et non pas qui me complique la vie, qui m’angoisse, qui me frustre, qui me fasse souffrir et me perde. Surtout pas. Pas encore.

Je crois que c’est ce qu’on appelle un mal pour un bien. Quand on a souffert, quand on a tout donné à quelqu’un sans rien en retour, quand on a connu le sacrifice, la souffrance, l’échec, on finit par se découvrir une force insoupçonnable. Une force capable de nous transformer, de nous guider vers notre idéal de vie, vers notre moi intérieur. Et à aucun moment il ne faut perdre cela encore une fois au profit d’une relation déséquilibrée.

Rester soi-même, être bien seule, c’est se donner toutes les chances d’être ensuite bien à deux.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.