Parler d'Amour

Derrière le mur coule une rivière roman initiatique du lâcher-prise

Derrière le mur coule une rivière roman initiatique du lâcher-prise

Auteur

Second roman de Saverio Tomasella, Derrière le mur coule une rivière, roman initiatique du lâcher-prise est un roman de développement personnel, mi roman feelgood, mi guide initiatique. Il offre une jolie histoire et un guide pratique qui suit le cheminement de l’héroïne du livre, pour trouver le chemin du lâcher prise. A lire afin d’en apprendre plus sur son stress et ses angoisses et trouver des pistes pour les vaincre.

Derrière le mur coule une rivière roman initiatique du lâcher-prise : résumé

Au bureau comme sur son tapis de course, à table ou avec son petit ami, Estelle contrôle tout. Elle compte les kilomètres et les calories, traque le moindre centime, ne tolère aucune erreur, dans aucun domaine. Son quotidien ne lui apporte que de l’insatisfaction… Jusqu’au jour où Béa, sa voisine, la soixantaine épanouie, frappe à sa porte. Avec son rire et sa sensibilité, son franc-parler et son écoute, cette bonne fée va bouleverser la vie d’Estelle et l’aider, enfin, à lâcher prise… Inclus : votre guide pratique du lâcher-prise !

Derrière le mur coule une rivière: l’auteur

Saverio Tomasella est docteur en psychologie, psychanalyste, chercheur en psychopathologie clinique à l’université Paris 7 et écrivain. Il est le fondateur d’un Observatoire sur l’ultra-sensibilité et auteur de nombreux livres et manuels de développement personnel dont Le sentiment d’abandon et Hypersensibles. Derrière le mur coule une rivière est son second roman. Après l’hypersensibilité dans A fleur de peau, il évoque ici le thème du lâcher-prise.

Il a choisi de conserver un fil conducteur entre ces deux romans en faisant d’un personnage secondaire de son premier roman l’héroïne principale de ce second livre. On retrouve ainsi Estelle et sa personnalité toute en dualité, entourée de nouveaux personnages mais aussi de près ou de loin de ceux de son premier roman, ce qui permet de créer une familiarité, un cocon, l’impression de retrouver de vieux amis.

Pour autant, les deux histoires sont bien distinctes et ce roman peut se lire sans avoir lu le premier. Il ne s’agit pas d’une suite.

Derrière le mur coule une rivière roman initiatique du lâcher-prise : extraits

« Estelle s’en veut d’être ainsi, toujours aux aguets, incapable de profiter de l’instant sans penser, dans un coin plus ou moins vaste de son esprit, à ce qui pourrait bien être en train de lui échapper pendant qu’elle regarde ailleurs. Le contrôle, chez elle, est une seconde nature. La première, même, peut-être. »

« Tu sens tes pieds posés par terre, au chaud dans tes chaussures, les plantes bien étalées. Tu sens tes fesses sur la chaise, ton dos contre le dossier, ta tête posée sur ton cou, légère. Tu laisse tes poumons se remplir d’air et se vider naturellement. Tu constates ce qui se passe en toi, c’est tout… Maintenant, sans ouvrir les yeux, comme si tu tenais une craie entre le pouce et l’index, tu vas dessiner devant toi un grand signe de l’infini, un huit couché (… ) Ce signe apaise le cerveau et harmonise les deux hémisphères (…) » Exercice de la méthode Vittoz.

« J’attendais, j’attendais, mais je ne savais ni qui j’attendais ni ce que j’attendais, confie-t-elle. J’attends sans cesse, je ne fais qu’attendre… »

« Et si c’était ça, lâche prise ? Ne rien faire ? Accueillir mes émotions, mes pensées, sans m’y accrocher. Accepter ce que mon corps me dit, ces sensations qui vont et qui viennent. Cette fatigue, ce bien-être aussi. Vivre surtout ; vivre ! Me laisser enfin vivre ! »

« Pour moi ressentir une émotion, accueillir mes émotions voulait forcément dire perdre pied, être débordée. Voilà. J’avais peur d’être débordée. Je me disais que les émotions étaient dangereuses, que si elles n’étaient pas contenues, étouffées même, elles ne mèneraient trop loin, vers la folie ou vers la mort. Alors je contrôlais tout, pour ne pas me sentir débordée. Surtout pas. »

«  En comprenant ça, j’ai eu le sentiment d’avoir enfin pu désenclencher quelque chose en moi. Un vieux réflexe conditionné, un très ancien schéma affectif qui orientait tout, toute ma vie, et qui me bloquait. »

Derrière le mur coule une rivière : le message du roman

Derrière le mur coule une rivière, qualifié comme le roman initiatique du lâcher-prise, touchera toutes les personnes qui se sentent toujours stressées, adeptes du perfectionnisme à outrance.

Cette obsession du contrôle en devient une angoisse au quotidien, régissant la vie sous tous ces aspects.

Il est en effet impossible pour ces personnalités de lâcher prise dans tous les domaines : le quotidien, le travail et même la vie amoureuse. La peur de mal faire, d’être jugé, de ne pas faire assez, de sortir du cadre, de se laisser aller, de s’abandonner à ses émotions sont autant de réalités qui régissent la vie des personnes incapables de lâcher prise.

Ce roman s’accompagne d’un petit guide pratique à la fin résumant les différentes étapes du personnage et donc potentiellement du lecteur pour parvenir à lâcher prise.

Remise en question après une prise de conscience, acceptation de ses peurs et angoisses, confiance en soi, savoir se tourner vers les autres, accepter de ne pas tout contrôler, accueillir ses sensations et ses émotions… Autant de principes accompagnés d’exemples simples et pratiques pour réussir à franchir ses propres barrières et ainsi lâcher prise.

Ce roman se construit avec un chapitre correspondant au cheminement intérieur de l’héroïne. Elle se confronte à des questions existentielles qui sont :

  • Pourquoi je ne me sens pas heureuse ?
  • Pourquoi je ne parviens pas à lâcher prise, pourquoi ce besoin de tout contrôler ?
  • Est-ce la vie dont je rêve, pour moi et dans mes rapports aux autres ?
  • Comment y remédier et parvenir à lâcher prise ?

Derrière le mur coule une rivière, roman initiatique du lâcher-prise: mon avis

C’est un roman que je vais conserver dans ma bibliothèque et feuilleter au gré de mes humeurs et interrogations car il est agréable à lire mais surtout il contient des outils efficaces pour apprendre à lâcher prise.

En effet, il comprend un carnet d’exercices, un « guide pratique du lâcher-prise » pour ceux qui souhaitent approfondir.

C’est intéressant et utile en cas de charge mentale forte, de stress, d’angoisses, de blocage émotionnel.

Certes, tout semble au final trop facile pour l’héroïne, trop évident. Les événements et les bonnes rencontres s’enchaînent pour lui faire prendre conscience de son problème, pour l’aider à changer de vie. Mais c’est un roman feelgood, avec une happy end qui plus est, donc cela peut sembler cousu de fil blanc mais c’est la trame logique d’un tel roman.

Et puis ne dit-on pas qu’en envoyant des ondes et signaux positifs, on parvient à attirer des personnes bienveillantes ? Recevoir selon ce que l’on dégage, ce que l’on donne aux autres.

Les personnages peuvent paraître un peu caricaturaux. Entre le vin sans sulfites et le pain sans gluten d’Estelle, les plats végétariens de Flora, les méthodes éducatives alternatives de Béatrice, l’ex de Flora qui fait une retraite dans un monastère… C’est un peu cliché, mais le roman l’est aussi, dans un sens. Mais c’est volontaire car cela permet à  l’auteur de faire comprendre un certain nombre de choses, pour aider à débloquer des verrous facilement.

En fait, ce qui se cache derrière le roman est au final plus important que le roman lui-même. Il ouvre la voie vers des outils concrets pour lâcher prise. Et l’histoire d’Estelle est là pour nous aider à en prendre conscience et nous donner envie d’aller plus loin dans notre cheminement personnel pour être épanoui et heureux.

Voir les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.