Parler d'Amour

De l’amour au désamour : tu fais tout pour que je te déteste

De l’amour au désamour : tu fais tout pour que je te déteste

Commandez-moi une lettre sur-mesure

Besoin de le dire avec des mots ? Commandez-moi votre lettre rédigée rien que pour vous...

Auteur

Il serait si simple que tu me dises « je ne t’aime plus, je ne t’ai jamais aimée » et de couper tout contact. Il serait si facile de me rayer de ta vie et de me laisser vivre la mienne. Il serait si respectueux de ne pas chercher à tout prix à garder un lien qui fait plus de mal que de bien, qui ne nous apporte plus rien de positif, de constructif, de concret, de réel. Je ne comprends pas, pourquoi fais-tu ça ? Pour profiter encore un peu de ma vulnérabilité ? Parce que tu sais que mes sentiments pour toi, bien que moins forts, sont toujours présents ? Parce que tu as besoin de te rassurer, de jouer, de me contrôler ? Par égoïsme, par lâcheté, par jeu ? Ce n’est pas par amour… On ne fait pas ça quand on aime quelqu’un, on ne cherche pas le conflit à tout prix, on n’essaie pas de le blesser, de le perturber, de l’empêcher d’avancer. Quel est ton but ? Me garder sous emprise ? Aller jusqu’à la haine ? En tout cas jusqu’au désamour de toi, de nous, de notre histoire, de notre passé. Toutes ces années ne représentent donc plus rien à tes yeux et ne méritent pas le respect, et la tendresse encore un peu ? De l’amour au désamour, il n’y a qu’un pas parfois, surtout que tu fais tout pour que je te déteste et pour gâcher nos souvenirs.

Je ne comprends pas…

Je ne comprends pas et je fais tout pour ne pas me perdre à nouveau dans tes mots, dans tes jeux. J’ai l’impression que tu me détestes, que tu rejettes la faute sur moi comme si j’étais responsable de l’échec de notre amour alors que je n’ai fait que subir. Que j’ai été obligée de disparaître, laisser la place, t’oublier.

Tu ne supportes pas qu’on te prenne pour un manipulateur alors arrête de te comporter comme tel. Je ne comprends pas que tu n’aies pas plus de considération pour notre complicité passée, notre amour, pour moi.

A quoi bon me torturer, me faire du mal ? A quoi bon ressasser le passé sans cesse, et chercher à me blesser à la moindre occasion ? A quoi bon poursuivre ce lien si ce n’est pour remuer encore un peu plus le couteau dans la plaie ? Oui, à quoi bon ?

J’en ai marre…

Marre de me répéter, de tourner en rond.

Marre de ta mauvaise foi, d’être prise pour une idiote.

Marre de tes fausses certitudes, de tes règles stupides, de tes barrières ridicules qui t’arrangent concernant notre pseudo amitié.

Marre de constater que tu veux juste jouer, que tu t’amuses à me tester.

Marre d’être prise pour un jouet virtuel quand tu es en manque ou qu’une pulsion te prend soudain, et que tu ne comprennes pas que non c’est non, que tu as perdu ce droit-là, que nous ne sommes plus intimes.

Marre de réaliser qu’on n’aura jamais de relation saine et sereine, qu’au final tu ne m’aimes peut-être pas comme je le pensais, comme tu le disais, que tu ne m’as jamais vraiment aimée.

Tu ne veux pas que je t’oublie…

On dirait que tu ne veux pas que je t’oublie, que tu n’en supportes même pas l’idée, que je n’ai pas le droit de passer à autre chose, de te désaimer petit à petit alors que c’était ton choix, ta volonté. On dirait que tu ne veux pas que j’aille bien, que tu ne veux pas qu’un homme me rende heureuse à nouveau. C’est comme si tu voulais me garder sous cloche éternellement, pour rien, comme une fleur qui finirait par faner, flétrir, puis mourir…

Lire aussi : Je te hais de tout mon coeur mais t’appelle de tout mon corps

Es-tu de ces hommes-là ? De ceux qui confondent nostalgie et regrets ? Mélancolie et cynisme ? Passion et manipulation ? Amour et possessivité ?

Tu as le culot de dire que c’est moi qui n’arrive pas à t’oublier, à tourner la page mais crois-moi, si, je le fais. Seulement tu ne le supportes pas. J’ai cru que nous pourrions retrouver notre amitié passée puisque l’amour entre nous est impossible mais en fait tu ne le souhaites pas. Alors pourquoi ?

Pourquoi ne me rends-tu pas vraiment ma liberté ? De cœur, d’esprit ? Pourquoi reviens-tu avec ces mots qui nourrissent mes maux, avec cette rage au cœur alors que tu es le seul responsable de notre désamour ?

Je vais finir par te désaimer, te détester… ?

Je ne comprends plus. J’ai essayé, crois-moi j’ai essayé. Depuis des jours, des semaines, des mois, plus d’une année… Mais rien ne change et c’est cela mon problème, et c’est cela que tu souhaites. Que les choses restent comme elles sont, immuables. Que je sois toujours à toi même si tu n’as pas de place pour moi dans ta vie. Que je t’appartienne d’une certaine façon mais pas réellement. Que je sois ta poupée de chiffon, ta marionnette, ton jouet, la femme convoitée, désirée mais jamais vraiment aimée. Celle qu’on cache, qu’on utilise, qu’on blesse et qu’on n’aimera jamais au grand jour.

Que devrai-je faire selon toi ? Te dire merci ? Te dire d’accord ? Et me perdre un peu plus ? Je ne mérite pas mieux que ça, pas mieux que toi ? Eh bien si… Notre amour méritait d’exister mais tu y as renoncé. Alors dis-toi une bonne fois pour toutes que je ne t’appartiens plus, que l’amour n’excuse et ne permet pas tout. Que tu ne peux pas tout avoir. Que tu n’as pas le droit de te comporter ainsi alors que tu as choisi la voie de ta raison au détriment de notre histoire que tu as laissée mourir.

Lire aussi : Lettre : de l’amour à la haine

Je suis écœurée. Ecœurée de réaliser tout cela et de voir que tu persistes dans ton cynisme et ta méchanceté à mon égard.

Je ne peux pas t’aimer, j’aimais celui que je croyais connaître mais l’homme dont je suis tombée amoureuse, ce n’est pas l’homme qui me blesse intentionnellement depuis des mois maintenant.

Je n’aime pas cet homme-là.

Alors dis à cet homme de me laisser tranquille si le vrai toi, enfin celui que je croyais connaître, est quelque part enfoui au fond de ton cœur. Dis-lui que c’est lui que j’aimais, et que c’est dommage qu’il ait disparu. Que c’était un homme bien, un homme qui aurait pu me rendre heureuse.

Mais toi aujourd’hui, toi ainsi, je ne t’aime plus.

De l’amour au désamour, il n’y a eu qu’un pas. A cause de toi.

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.