Parler d'Amour

Charge mentale et charge émotionnelle, qu’est-ce que c’est et comment s’en défaire ?

Charge mentale et charge émotionnelle, qu’est-ce que c’est et comment s’en défaire ?

Auteur

Vos journées sont harassantes et stressantes, et pourtant le soir, alors que vous êtes épuisée, vous vous retrouvez au lit les yeux grands ouverts, incapable de dormir. Pourquoi ? Parce que vous êtes encore dans votre course contre la montre de la journée et que vous n’arrivez pas à déconnecter. Et le lendemain, vous savez qu’il faudra recommencer. C’est un cercle vicieux. Comment appelle-t-on ce phénomène ? La charge mentale. En effet, les charges mentales se bousculent dans nos pensées tout au long de la journée et puisent sans cesse dans nos batteries. La charge mentale, c’est cette sensation d’être toujours occupé, d’être débordé. Et cela n’est pas sans conséquence, la charge mentale et la charge émotionnelle s’associent.

Cela n’est pas sans rappeler les prémices d’un burn out ou d’une dépression. Ce n’est donc pas à prendre à la légère. On connait tous ces moments de stress quotidien, ou ces périodes où on a mille choses à gérer. Mais quand cela devient omniprésent au point qu’on a l’impression de ne plus pourvoir reprendre son souffle, il faut faire attention. Se retrouver en surcharge mentale et émotionnelle a une incidence sur la santé physique et mentale. Il faut prendre soin de vous, et cela passe par la reconnaissance de ce qui vous arrive. Charge mentale et charge émotionnelle, qu’est-ce que c’est, comment s’en défaire ?

La charge mentale c’est avoir sans cesse le cerveau en ébullition

Vous n’arrivez plus à déconnecter. Vous avez toujours mille choses à penser et à faire. Votre quotidien s’apparente à une course de fond dans laquelle vous devez opérer des sprints. Ce n’est pas un choix délibéré, c’est juste que vous avez la sensation de ne pas pouvoir faire autrement. Il faut penser à tout, tout le temps. Vous n’arrivez plus à trier les choses importantes du reste, à aller à l’essentiel. Tout doit être fait, tout repose sur vos épaules, personne ne le fera à votre place. Voilà les pensées qui gouvernent votre cerveau.

Ainsi, que vous en soyez conscient ou non, dans votre journée, des centaines de parasites s’accaparent votre énergie. Ces choses que vous notez sur votre to do list qui se rallonge sans cesse. Ces choses qui semblent anodines mais qui mises bout à bout vous plonge dans un quotidien infernal.

Penser à racheter des croquettes pour le chat, aux  rendez-vous médicaux, à acheter une paire de baskets au plus grand, payer la taxe d’habitation, rajouter le papier toilette à la liste de courses, s’occuper de la lessive, nettoyer la salle de bains, remplir ce formulaire de la CAF, appeler l’assurance…

Et chaque semaine, la liste se remplit à nouveau de tâches plus ou moins longues à accomplir. Sans oublier le quotidien entre le travail, la maison, les enfants.

Ça a l’air bête énoncé ainsi ? On peut tous se dire que nous souffrons de charge mentale alors ?

Tout dépend de l’impact que cela a sur votre équilibre, votre santé, vos émotions. Le poids du quotidien devient dangereux et se définit comme charge mentale lorsqu’il nous dépasse, lorsqu’on se laisse submerger par tout ce qu’on a à gérer.

La charge mentale, c’est donc un peu cette to do list mentale, ce stress des tâches à accomplir avant qu’elles ne s’accumulent trop. Ce sont toutes ces choses qui pèsent sur votre esprit parce que vous êtes obligé d’y penser en permanence.

Cela parle à tout le monde. Par contre, ce qui est moins évident, ce sont les charges émotionnelles qui accompagnent irrémédiablement cette charge mentale.

Les charges émotionnelles, c’est quoi ?

C’est l’accumulation d’émotions que l’on garde en soi et qui sont souvent causées par la charge mentale. C’est cette sensation d’être sans arrêt à fleur de peau, sur le qui-vive, vulnérable et de sentir les larmes nous monter aux yeux facilement.

C‘est, par exemple,  la fatigue au réveil de plus en plus pesante, l’angoisse de la séparation à l’école quand votre enfant pleure ne veut pas vous lâcher, le soulagement d’être arrivé à l’heure au travail, redouter les devoirs en rentrant à la maison ou le rituel du coucher si votre enfant a des troubles du sommeil.

C’est un éventail de choses propres à chacun mais qui deviennent pesantes tant elles sont omniprésentes, et qui jour après jour grignotent notre bien-être. C’est l’accumulation d’émotions négatives, l’impossibilité de relâcher la pression. Et l’angoisse lorsqu’on se rend compte que le lendemain, il faudra tout recommencer.

La solution vitale pour se défaire de sa surcharge émotionnelle ? C’est prendre du temps pour soi. Sauf que cela nous semble impossible. Pourquoi ? Parce que se relaxer, se détendre sans culpabiliser, on n’a pas le temps et on ne sait plus comment faire. Et penser à rien ? Impossible. Pourquoi ?  A cause de la fameuse charge mentale ! Je vous le disais, c’est un cercle vicieux ! La vraie solution pour aller mieux émotionnellement ? Se débarrasser du poids trop lourd de sa charge mentale.

Charge mentale et charge émotionnelle : cette incapacité à se mettre en mode « off »

Comme un ordinateur, on ne s’éteint jamais, on a la sensation d’être toujours en veille.

Et pourquoi est-ce impossible de se mettre en mode off ? Parce que la charge émotionnelle prend le pas sur la raison. Et, fatigués, nous finissons par apporter une charge émotionnelle à tout.

Concrètement, c’est ça, qui est à l’origine de votre mal de dos ou de vos troubles digestifs qui ne vous quittent plus depuis des mois. C’est ça qui est responsable de la boule au ventre que vous traînez pour aller travailler. Et c’est également ça, la crise d’angoisse qui monte alors qu’objectivement, vous pensez que tout va bien.

Ça ? C’est le poids de vos charges mentale et émotionnelle. Tout cela, cette sensation de ne jamais décrocher, fait de vous une bombe à retardement. 

C’est cette incapacité à mettre notre cerveau en mode off. Et c’est souvent sur les femmes que reposent ces deux types de charges. Est-ce parce que nos messieurs n’en parlent pas ouvertement ? Ou que nous, au contraire, y portons plus d’attention qu’il ne le faudrait ?

Charge mentale et charge émotionnelle : les femmes plus concernées que les hommes

Une réalité « historique » ancrée dans les mentalités ?

Le constat semble sans appel, les hommes et les femmes ne sont pas du tout égaux face à cette charge mentale. Même si la plupart des couples modernes se répartissent de plus en plus les tâches ménagères de manière plus ou moins équitable, la réalité semble être toute autre. Car même lorsqu’il y a une égalité au sein du couple, il y a quelque chose que l’on ne prend pas en considération : c’est que ce sont souvent les femmes qui doivent penser aux choses, tandis que les hommes attendent qu’on leur dise de faire les choses. C’est une réalité qui semble devoir perdurer depuis toujours. Et les mœurs et les mentalités ont beau évoluer, certains réflexes, certaines habitudes ont la vie dure.

Penser à tout, tout le temps, pour assurer le bon fonctionnement du foyer : cela semble dévolu au rôle de la femme et de la mère. La charge mentale pèse souvent plus lourd pour les femmes que pour leur conjoint.

On la définit ainsi « ce travail de gestion, d’organisation et de planification qui est à la fois intangible, incontournable et constant, et qui a pour objectifs la satisfaction des besoins de chacun et la bonne marche de la résidence ».

Le partage des tâches ménagères reste, encore aujourd’hui, l’une des démonstrations les plus flagrantes des inégalités femmes-hommes dans notre société. Cette inégalité n’a que peu diminué au cours des 25 dernières années. Pour se faire une idée concrète, selon l’Insee, en 2010, les femmes prenaient en charge 64% des tâches domestiques et 71% des tâches parentales au sein des foyers. Quand le partenaire attend de sa compagne qu’elle lui demande de faire les choses, c’est qu’il la voit comme la responsable en titre du des tâches domestiques. C’est donc à elle de savoir ce qu’il faut faire et quand il faut le faire.

 La charge mentale, une réalité mais aussi une responsabilité féminine ?

Quelque part, n’avons-nous pas une part de responsabilité ? A trop infantiliser les hommes, à ne pas déléguer, à reproduire un schéma matriarcal ancien hérité de nos mères et nos grands-mères ? Nous les avons vues prendre en charge toute la gestion de la maison, pendant que nos pères et grands-pères ne faisaient que participer à son exécution.

Alors consciemment ou inconsciemment, nous avons reproduit le même modèle pour notre couple et notre vie de famille. Mais ce qui fonctionnait avant n’est plus forcément ce qui nous convient aujourd’hui. Les choses changent, les femmes ne sont plus seulement en charge de leurs enfants et de la maison. Elles travaillent de plus en plus, se réalisent aussi professionnellement, ont d’autres envies, d’autres centres d’intérêt.

L’égalité hommes-femmes, bien sûr encore précaire et incomplète, change tout à la donne, aux anciens modèles.

Alors, si nous voulons que ça change, c’est à nous de laisser plus de marge de manœuvre aux hommes pour qu’ils apprennent par eux-mêmes. Ils s’adaptent à la place laissée dans cet emploi du temps ménager et familial sans se poser de questions. Pourquoi ? Parce que quelque part, nous n’arrivons pas à lâcher prise. Les hommes doivent apprendre à se sentir responsables de leur foyer, contrairement aux générations précédentes.

Charge mentale et charge émotionnelle, comment s’en défaire ?

 En couple

Comme on vient de le voir, pour se défaire de sa surcharge émotionnelle, il faut d’abord travailler sur la charge mentale.

La solution de déléguer une partie de ses responsabilités et tâches à accomplir quand on est en couple et qu’on est deux à gérer la maison et les enfants est la solution la plus réalisable, pratique et efficace. Vous vivez à deux, avez construit une famille à deux. De ce fait, il est normal et sain que les tâches  soient équitablement réparties et que chacun puisse compter sur l’autre.

Ainsi, vous ne tomberez pas dans le piège de la charge mentale et resterez dans la zone positive de vos émotions. Vous aurez ainsi du temps pour vous sans culpabiliser ou vous dire que vous n’avez pas fait tout ce qui est inscrit sur votre to do list !

En solo

Quand on est seul, célibataire ou parent solo qui a la garde de ses enfants, la charge mentale pèse plus lourd, c’est une réalité. Et c’est aussi une réalité que de ne pas avoir la possibilité de s’en défaire facilement. Elle nous incombe complètement. C’est à nous de gérer le quotidien de la maison et des enfants en plus de notre travail et de tout ce qui va avec. On ne veut rien oublier, gérer le quotidien comme les urgences et on se sent vite dépassé, à bout de forces, fatigué et déprimé.

C’est comme si on avait chargé notre esprit d’un trop lourd fardeau. Cette angoisse et ce manque de clarté mentale nous indiquent que l’on a accumulé des pensées, des émotions et des doutes que l’on ne sait pas libérer.

C’est à ce moment-là que cela devient dangereux car la charge mentale est en train de s’immiscer en vous et de jouer sur vos émotions. Ne la laissez pas prendre toute la place. Agissez avant qu’il ne soit trop tard.

 Quand on se sature mentalement et émotionnellement, la première chose à faire est de « s’arrêter » pour prendre du recul sur les choses. Il nous faut les laisser aller afin de permettre à notre esprit de se réinitialiser et de retrouver l’équilibre. Cela semble impossible énoncé ainsi ? Non, et c’est la meilleure chose à faire.

Prenez de la distance avec vos tâches à accomplir, prenez le temps de vous poser pour y réfléchir sereinement. Ainsi vous y verrez plus clair pour faire le tri de ce qui est urgent ou pas, pour relativiser les aléas de la vie qui ne sont pas de votre faute, et pour hiérarchiser ce que vous avez à faire. Faire ce travail de tri, de recul sur les choses vous aidera à les voir d’un nouvel œil. Votre to do list sera toujours là mais elle ne vous semblera plus insurmontable.

Prenez les choses une à une par ordre d’urgence et dites-vous bien deux choses. Premièrement, vous êtes humain, pas un robot ou un super-héros et ce que vous faites est votre maximum. Deuxièmement, on ne fait rien de bien et de constructif avec les idées pas claires et dans un état de stress et de fatigue proche de l’épuisement.

Alors prenez juste le temps de voir les choses différemment et vous sentirez le poids de votre charge mentale s’alléger, elle pèsera moins lourd sur vos épaules et libérera aussi cette surcharge émotionnelle qui vous faisait souffrir tout autant.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.