Parler d'Amour

Blessure d’amour : mon cœur a été trop abîmé, je ne parviens plus à aimer

Blessure d’amour : mon cœur a été trop abîmé, je ne parviens plus à aimer

Commandez-moi une lettre sur-mesure

Besoin de le dire avec des mots ? Commandez-moi votre lettre rédigée rien que pour vous...

Auteur

Je veux une relation équilibrée, pas de celles qui fonctionnent avec un rapport de force. J’ai envie de sérénité vraiment, pas d’une histoire en dents de scie où la passion amoureuse se confond avec les tensions.  Je souhaite laisser exister mes émotions, pas les retenir par crainte d’être dans un jeu dont je ne connais pas les règles. Je veux laisser libre cours à mes sentiments s’ils doivent s’exprimer, pas les enfouir et cacher celle que je suis vraiment sous une carapace blindée. Oui j’ai envie de tout ça. Je veux vivre tout cela. Enfin plutôt j’aimerais. Car depuis trop longtemps, c’est devenu impossible. L’amour ne fait plus partie de ma vie. Je n’arrive pas à trouver celui qui saura me réconcilier avec l’idée même du couple. Celui qui verra les choses de la même façon que moi. Avec qui je serai sur la même longueur d’onde. Est-ce une utopie ? Dois-je me résigner ? Parfois j’ai l’impression que oui. Que cela ne m’arrivera plus jamais. Pourquoi ? Parce que j’ai le cœur sec d’avoir été trop déçue, utilisée. Blessée, oui c’est le mot. C’est comme une blessure dont on ne cicatrise pas tout à fait. Blessure d’amour : mon cœur a été trop abîmé, je ne parviens plus à aimer…

Blessure d’amour : mon cœur a été trop abîmé, je ne parviens plus à aimer

Alors que faut-il faire ? Accepter et se résigner ou continuer à espérer, à y croire encore un peu, encore une fois ? Car l’accepter résonne comme une défaite, comme une conclusion immuable, c’est renoncer à aimer et être aimée à nouveau vraiment. Et c’est une réalité trop douloureuse à affronter.

Lire aussi : 40 ans et célibataire : l’heure du bilan

Qui voudrait vivre en sachant qu’elle n’aimera plus jamais et ne sera plus jamais aimée ? Est-il possible d’être dans un tel rejet de l’autre, dans un tel désamour qu’on s’en fiche de finir seule ? Qui peut s’enorgueillir d’aimer la solitude affective chaque jour qui passe sans être malheureuse ?

Sans avoir peur de finir sa vie seule, avec cette sensation d’avoir raté quelque chose, de n’avoir pas su, pas compris…

De ne pas avoir été digne d’amour. N’avoir pas su retenir l’attention de quelqu’un. Ne pas être assez ou d’être trop. Qui sait… En tout cas avec cette vérité, la solitude devient notre seule véritable compagne de vie.

Elle met en exergue le vide absolu, le silence du néant d’une vie amoureuse inexistante.

Est-ce une question d’exigences ? D’un vécu sentimental trop lourd ? D’une chance qu’on n’a pas su saisir à temps ?

Blessure d’amour : Faut-il se contenter d’une pâle tiédeur quand la brûlure de l’amour nous appelle ?

Doit-on tout remettre en cause parce qu’on est seule ? Ses sensations, ses émotions, ses valeurs ?

Est-on dans l’idéalisme à force d’attendre et d’espérer l’amour ?

De rêver à celui qui nous fera nous sentir enfin vibrante, vivante. Qui comblera ce manque, ce vide. Remplira ce besoin et cette envie d’aimer. Nous comprendra comme personne.

Cette connexion des âmes, cette complicité des cœurs et cette alchimie des corps, ne sont-elles qu’utopie ?

Où est-il celui qui peut me faire sentir vraiment vivante, qui peut nourrir l’amour qui est en moi ?  Où se cache-t-il ? Existe-t-il seulement d’ailleurs ?

Pourquoi je n’attire que ceux qui me veulent du mal ou qui ne peuvent pas me rendre heureuse ?

La quête de l’amour doit-elle forcément être le parcours du combattant ? Une blessure d’amour atroce ou un désert affectif en puissance ?

Pourquoi je n’ai réussi à ouvrir la porte de ma vie qu’à ceux qui ne brûlaient pas d’y trouver une vraie place ? Est-ce de ma faute ?

Mon cœur est-il devenu trop sec depuis le temps qu’il est verrouillé pour ressentir à nouveau les émois amoureux ? Un élan ?

Est-ce trop tard ? Ai-je été trop bafouée, trop déçue, trop blessée ? Ne guérit-on jamais de ces blessures-là ?

Me suis-je trompée de chemin, de définition ? À force de l’espérer, l’imaginer, le désirer, le vouloir, l’espérer, ai-je oublié tout simplement ce qu’est l’amour ? Est-ce que je suis capable d’aimer encore aujourd’hui ? L’ai-je jamais été ? Y-a-t-il des personnes qui ne sont pas faites pour les choses de l’amour ? Est-ce que j’en fais partie ?

Je ne comprends plus rien. Je pensais pourtant avoir tiré des leçons de mon passé. Mais cela n’est pas suffisant.

Je n’y arrive plus, mon cœur bat pour me maintenir en vie, pas pour me permettre d’aimer.

Je ne sais plus comment il faut faire. Vraiment plus, je me sens démunie, incompétente, inapte. Quelle place accorder à un homme et comment ?

En fait je ne sais même plus comment faire pour redémarrer mon cœur. Il est devenu si sec. Trop dur. Cassé. Trahi. Blessé. Brisé. À jamais ?

Voir les commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

LES PLUS LUS

Cet article vous a plu ? Devenez membre PDA!

Rejoignez mes lecteurs privilégiés et recevez une fois par mois un e-mail rassemblant mes nouveaux articles et mes conseils amoureux.